La célébration du 62e anniversaire du congrès de la Soummam à Tizi Ouzou, dont les festivités ont débuté hier, a été marquée par un hommage rendu à celui dont le nom, en l’occurrence Abane Ramdane, se confond avec cet événement charnière de l’histoire de la révolution du 1er novembre 1954.

Initié par l’association qui porte le nom du congrès de la Soummam, le village Sikh Oumeddour, et la direction de la culture de Tizi Ouzou, cet hommage a débuté dans la matinée par un recueillement et le dépôt d’une gerbe de fleurs devant la statue à l’effigie du révolutionnaire, érigée au lieudit Sikh Oumeddour. Une conférence débat et une projection d’un film biographique sur Abane Ramdane ont également marqué cet événement. Pour Nabila Gouméziane, directrice de wilaya de la culture, qui s’exprimait à l’ouverture des festivités abritées par la maison de la culture Mouloud- Mammeri, la célébration de tels rendez-vous historiques, comme le congrès de la Soummam, constitue une occasion pour édifier les nouvelles générations sur les valeurs et le sacrifice des artisans de la révolution du 1er novembre qui a permis la libération de notre pays.

Evoquant Abane Ramdane et son œuvre révolutionnaire, l’oratrice dira que le nom de ce dernier se confond avec le congrès de la Soummam qui a été un événement décisif dans la réussite de la révolution. Abane Ramdane et le congrès de la Soummam ont constitué le thème central de la conférence de Said Khelil, ex-cadre du FFS et animateur du MCB. Il s’est attelé, durant son intervention, à mettre en évidence la figure de stratège, de révolutionnaire charismatique, visionnaire doué du sens de l’organisation incarnée par Abane Ramdane.

Tout en rappelant les motivations qui l’ont amené à s’impliquer dans le feu de la révolution, en 1955, le conférencier s’attachera à mettre en exergue le rôle joué par Abane dans la préparation et l’organisation le 20 août 1956, à Ifri Ouzellaguène, dans la région de Béjaïa, du congrès de la Soummam. Congrès, rappellera-t-il encore, qui a mis en place les assises politiques et militaires de la révolution et dont les textes ont jeté les bases du futur Etat algérien moderne, démocratique et social. Le conférencier, qui reviendra sur l’opposition de certains acteurs de la révolution aux résolutions du congrès de la Soummam, ne manquera pas de déplorer les attaques dont continue à faire l’objet Abane Ramdane et les conclusions du congrès de la Soummam qu’il a eu à organiser avec d’autre figures de la révolution, de la part des milieux idéologiques apparentés au courant des Oulémas.

Soulignant le révisionnisme de ces attaques, Said Khelil ne manquera pas de rappeler que Abane Ramdane aura été celui-là même qui a convaincu les leaders historiques des Oulémas à rejoindre, sur le tard, la révolution dans le cadre du FLN révolutionnaire.

Rappelons que la journée du chahid, coïncidant avec la 20 août 1956, sera commémorée à travers un large éventail d’activités à
l’initiative de la direction de la culture et d’autres partenaires institutionnels.