L’annonce du lancement de l’opération de la collecte des peaux de moutons durant la fête de l’Aïd el Adha n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd.  

Les associations des consommateurs se sont tout de suite mobilisées autour de cette opération au profit de l’économie nationale et de l’environnement. Les associations de protection de l’environnement se plaignent, au lendemain de chaque fête de l’Aïd, du comportement de bon nombre de citoyens qui jettent les peaux de mouton dans les poubelles sans se soucier de leur pourrissement et de leurs odeurs nauséabondes. Cette opération de collecte est donc une aubaine que le mouvement associatif encourage en prenant part aux campagnes de sensibilisation auprès des consommateurs, pour bien couper et bien conserver les peaux avant qu’elles ne soient récupérées par les tanneries, publiques et privées, et transformées en cuir. Cette première opération pilote, en effet, qui touche six wilayas, où il y a concentration des tanneries, consiste juste à approvisionner les producteurs de cuir. Mais d’autres opérations seront lancées, d’après la chargée de ce projet, Hassiba Mokraoui, qui est aussi directrice générale de la PME-PMI au ministère de l’Industrie et des Mines, tout au long de l’année pour la production, non seulement du cuir mais aussi de la laine et de la gélatine pharmaceutique. Le plus gros de la production de la matière première à partir des peaux de mouton sera réservé à l’exportation. Certaines tanneries exportatrices ont du mal à satisfaire la demande européenne, des marques de luxe, en matière de cuir. Cette opération est donc une opportunité pour elles afin de satisfaire cette demande de cuir algérien, connu pour sa haute qualité. «Mais afin que cette opération soit un succès, les citoyens doivent s’impliquer en faisant très attention dans le coupage de la peau. Des équipes feront le tour des quartiers pour distribuer le sel, à étaler sur les peaux», assure-t-elle, soulignant que le mode d’emploi pour le dépôt et le ramassage des peaux de mouton le jour de l’Aïd et les conseils sur le coupage seront transmis via des SMS, des spots audiovisuels et des affichages. Mais les citoyens doivent déjà savoir que des bacs seront mis en place à proximité des mosquées au niveau de chaque quartier, où les peaux de mouton doivent être déposées. Au niveau de la capitale, les peaux seront ramassées par Extranet tandis que dans les autres wilayas, le ramassage est confié aux APC. Les tanneries achèteront, par la suite, les peaux à des prix symboliques. «L’argent récolté ira aux mosquées pour l’entretien de ces dernières», précise Mme Mokraoui, soutenant que cette opération boostera l’industrie de cuir et contribuera à la création d’autres tanneries.