Alertée par les plaintes des citoyens, l’Association algérienne pour la protection et l’orientation des consommateurs (Apoce) a annoncé le début d’une large opération de recensement et de contrôle des différentes marques de lait en sachet et lait en poudre commercialisés à travers le territoire national. 

En effet, se plaignant de la qualité douteuse de certaines marques de lait, les citoyens ont attiré l’attention de l’Apoce qui a fini par prendre les choses en mains et cela afin de mettre un terme aux dépassements de certains producteurs sans scrupules. «Le lait est un aliment essentiel, voire indispensable pour de nombreuses familles algériennes. Il s’agit aussi d’un produit alimentaire très sensible pour lequel on ne peut fermer les yeux face à des marques de lait qui semblent ne pas respecter les normes internationales sanitaires», a fait savoir Mustapha Zebdi, président de l’Apoce.  Cette campagne de vérification a déjà permis à l’association de recenser pas moins de sept marques de lait dont la qualité laisse à désirer. «A travers les analyses que nous avons menées, nous avons constaté que la valeur nutritionnelle de certains laits ne correspondait pas à la norme imposée par la législation. Nous avons déjà découvert un grand nombre de produits contrefaits, d’autres sans aucune valeur nutritionnelle vendus à des prix exorbitants. Le consommateur algérien est la première victime de ces aliments douteux», a-t-il déclaré.

Autre point relevé par l’Association, la plupart de ces marques de lait «suspect» sont systématiquement envoyées vers des zones rurales éloignées, où les citoyens n’ont pas d’autre le choix, et «sont surtout commercialisées dans les zones enclavées et le Grand Sud, où le contrôle est moins rigoureux. Pour certains produits même le packaging n’est pas conforme, cela est vraiment révoltant», a indiqué Mustapha Zebdi.

Afin de sanctionner les producteurs de ces laits suspects, l’Apoce a déjà alerté deux directions du commerce de deux villes du grand Sud.  «Nous avons contacté les autorités concernées en fournissant la liste des marques, dont les produits sont jugés non conformes en attendant qu’elles réagissent et retirent ces produits du marché pour le bien et la santé du consommateur algérien», a fait savoir notre interlocuteur.

De son côté, la direction du commerce de la wilaya d’Alger a confirmé les accusations de l’Apoce et indiqué avoir multiplié les opérations de contrôle et salué l’association pour les efforts qu’elle fournit pour la protection des consommateurs. Dahar Ayachi, représentant de la direction de commerce d’Alger, a annoncé le saisie, le 9 août dernier, de pas moins de 17 000 cartons d’emballage de lait en poudre contrefait, portant une autre marque que le lait contenu, et qu’une enquête a été ouverte pour sanctionner les responsables de ce scandale sanitaire.