Constatant les nombreux abus en matière de remboursement des médicaments, mais aussi afin d’assurer un meilleur contrôle de la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (Cnas), le projet de la mise en place d’une fiche médicale informatisée sera bientôt mis en place, a annoncé Hassan Tidjani Hedam, son Directeur général.

Bien que cette initiative a vraiment tardé à voir le jour, le Syndicat national autonome des pharmaciens d’officine (Snapo) a salué la mise en place de ce projet qui promet de régler de nombreux problèmes liés à l’utilisation frauduleuse de la carte Chifa, détenues aujourd’hui par pas moins de 39 millions d’assurés et ayants droit. « Nous avons toujours appelé à un contrôle a posteriori. Il se fait déjà entre le pharmacien et le médecin de la Cnas mais pour les ordonnances qui passent directement au remboursement, il faut qu’il y ait un meilleur contrôle à travers la mise en place de nouveaux mécanismes, à l’instar de la fiche médicale. Nous sommes actuellement dans une étape de généralisation du tiers-payant. Un malade qui réside à Alger peut aujourd’hui se procurer des médicaments à Oran. II faut impérativement que les agents de la Cnas aient une traçabilité de la consommation de l’assuré », a fait savoir Mourad Chaabounia, président par intérim du Snapo. S’agissant de l’utilisation frauduleuse de la carte Chifa, signalée récemment par les autorités, le syndicaliste a tenu à préciser que le nombre de pharmaciens impliqués dans ce genre de pratique est « minime ». « Il n’y a pas que les pharmaciens qui peuvent s’adonner à ce genre de pratique. Certes il y a eu des cas ou certains ont commis des erreurs mais leur nombre n’est pas important. En tant que syndicat, nous dénonçons fortement ce genre d’agissement », a indiqué Mourad Chaabounia. Dans ce sens, il a fait savoir que le Snapo effectue régulièrement des opérations de sensibilisation auprès des pharmaciens d’officine. « Notre mission est de veiller sur la pratique de notre métier en toute dignité mais aussi sur le respect de la loi et des textes juridiques. C’est pour cela que nous effectuons des opérations de sensibilisation auprès des pharmaciens que nous appelons à se montrer vigilants », a-t-il conclu. Quant au nombre de 90 000 cartes Chifa bloquées par la Cnas pour fraude, le président du Snapo a fait savoir que les raisons ayant conduit à la suppression de ces cartes ne sont pas forcément les mêmes. « Le nombre de cas de fraude ne peut s’élever au chiffre avancé par la Cnas, ce nombre comprend celui des cartes Chifa perdues par leurs propriétaires, ceux qui ne payent pas et même des personnes décédées », a-t-il fait savoir. Reconnaissant les lacunes qui existent au sein de la Cnas, le président du Snapo a appelé à un contrôle renforcé et efficace des assurés. C’est ce qu’a annoncé récemment le Directeur général de la Cnas qui a, dans ce sens, fait savoir que les agents de la Cnas ont visité 90 234 assurés sociaux durant le premier semestre de 2018 dont 8,81% ont été sanctionnés contre 195 268 assurés visités dont 9,43% sanctionnés durant la même période de l’année 2017.