Le prix du panier de référence du brut de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) s’est établi, jeudi dernier, à 72,03 dollars le baril, contre 72,10 dollars la veille, a indiqué l’Opep sur son site Web.

Les cours du pétrole remontaient jeudi en cours d’échanges européens alors que les prix ont nettement reculé la veille en raison de craintes concernant la demande mondiale causées notamment par la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine.

L’après-midi, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre valait 72,56 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 28 cents par rapport à la clôture de mercredi. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de «light sweet crude » (WTI) pour le contrat de septembre prenait 15 cents à 67,09 dollars une heure après son ouverture.

«Depuis début juillet, le pétrole suit le même schéma : de légers gains sur plusieurs jours qui sont effacés en une correction marquée d’une séance», a  décrit un analyste.

Ainsi, le Brent est tombé mercredi à 71,65 dollars, à son plus bas depuis trois semaines, tandis que le WTI a atteint 66,32 dollars, à son plus bas depuis un mois et demi. Pourtant, vendredi, les cours du pétrole clôturaient en hausse dans un marché inquiet des effets sur l’offre d’or noir des sanctions américaines sur l’Iran, mis en avant par l’Agence internationale de l’énergie (AIE), et des tensions actuelles entre Washington et Ankara.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre a fini en hausse de 74 cents sur l’Intercontinental Exchange (ICE), à 72,81 dollars et à New York, le baril a gagné 82 cents pour clôturer à 67,63 dollars.

Mais jusqu’à l’ouverture des marchés demain, c’est la Chine et les Etats-Unis qui focalisent l’intérêt. «Les taxes que s’infligent les Etats-Unis et la Chine pourraient peser sur les importations chinoises de gaz et de pétrole dans le futur, puisque les Etats-Unis connaissent la croissance la plus marquée sur ces deux marchés», ont commenté des analystes.

La Chine a annoncé mercredi qu’elle imposerait, à compter du 23 août, des droits de douane de 25% visant 16 milliards de dollars supplémentaires de produits américains, rendant coup pour coup à l’administration américaine, qui avait fait une annonce similaire la veille.

Le conflit commercial qui oppose les deux géants économiques participe à l’incertitude du marché du pétrole, qui craint de voir une partie de la demande mondiale s’évaporer.