Le président du parti Tajamou Amel Al Djazair (TAJ), Amar Ghoul, et le président du Mouvement El-Binaâ, Abdelkader Bengrina, ont eu, hier à Alger, une rencontre pour débattre de l’initiative « Algérie pour tous ».

A cette initiative qui devrait sans doute jouer un rôle durant la prochaine campagne pour les présidentielles de 2019, la formation Taj a répondu par l’affirmative et un grand « OUI » de son leader.

À l’issue de cette rencontre tenue au siège du Taj en présence de cadres des deux partis, Amar Ghoul a déclaré que le choix de rejoindre l’initiative « Algérie pour tous » s’inscrit dans « le cadre du renforcement, de consolidation de la cohésion nationale, et de la mobilisation de toutes les forces vives de la nation réunies autour de la ligne nationaliste ». Selon lui, cette initiative s’accorde avec l’appel de sa formation à la « consolidation et au renforcement du front interne à travers la mobilisation de toutes les forces du pays en vue de préserver les acquis et construire l’avenir ensemble ». Il dira qu’« une commission mixte a été créée pour étudier son contenu » avant qu’elle ne soit soutenue par la direction de son parti, ajoutant qu’il faut s’ouvrir aux différentes visions afin « d’approfondir les discussions sur le contenu de cette initiative ». Abdelkader Bengrina a, pour sa part, salué «une nouvelle rencontre avec des partenaires avec lesquels on a eu par le passé une expérience de partage et de partenariat dans la gestion des affaires publiques». M. Bengrina ainsi que M. Ghoul ont été deux ministres. Tous deux ont été militants au MSP et proches de Mahfoud Nahnah de son vivant.

Tous deux sont des transfuges de cette formation islamiste aujourd’hui dirigée par Abderrazak Makri. Selon M. Bengrina, « ce partenariat qui doit être élargi à d’autres forces est de nature à préserver le pays de toutes menaces et risques dérapages. Le président du Mouvement El Binaâ considère que « le plus important à l’heure actuelle est de penser à proposer des solutions à la crise économique qui se pose actuellement avec acuité », expliquant que son mouvement « considère qu’il est impératif de préserver les acquis obtenus ». Tout indique que cette formation et les actions qu’elle entreprend sont en perspective des échéances politiques et électorales à venir. M. Ghoul pour sa part a tenu néanmoins à réitérer la position de son parti vis-à-vis de la prochaine présidentielle lors de laquelle il soutiendra le président Bouteflika s’il décide de se porter candidat. Il a annoncé également la tenue d’autres rencontres avec d’autres partis cette semaine, la première étant prévue ce lundi avec le RND de Ouyahia et mardi avec le FLN de Djamel Ould Abbes.