Une visite de travail sur le site AADL d’Imllel, commune de Azzazga (à 30 km à l’Est de Tizi-Ouzou) a été effectuée jeudi par les services de la wilaya, pour régler «les contraintes soulevées». Cette visite intervient après la réunion de travail, lundi dernier, présidée par le chef de cabinet du wali et qui avait regroupé les représentants de la direction du logement et des services de l’urbanisme de la wilaya, des comités de villages, le chef de daira et le maire d’Azzazga et ceux de l’association des souscripteurs. Des habitants et les représentants des comités de village de la commune de Azazga ont soulevé plusieurs contraintes concernant ce programme dont, entre autres, «les risques de glissement de terrain et l’empiétement sur le site prévu pour accueillir une zone industrielle ainsi que la priorité, dans l’affectation, aux souscripteurs de la commune». «Le problème est en voie de règlement», a indiqué à l’APS le directeur de wilaya du logement, Arkoub Habib, qui a déploré, à l’occasion, que «la seule contrainte majeure au programme AADL au niveau de la wilaya demeure l’opposition des citoyens». Le programme AADL 2013 octroyé à la wilaya de Tizi-Ouzou «totalise 13700 unités scindé en deux exercices de 5700 et 8000 logements», a-t-il précisé.

Le premier exercice est constitué de 5700 logements répartis à travers cinq sites, dont 2000 à Oued Falli, plus 1000 au pôle d’excellence, 1000 à Draâ-El-Mizan, 1000 au site d’Imllel à Azazga, 500 à Aghrib et 200 à Tamda. S’agissant de la situation physique de ces programmes «les travaux avancent à des taux variables et en fonction des contraintes techniques rencontrées sur le terrain», a-t-il relevé. Ainsi, concernant les 2000 logements de Oued Falli, «623 ont déjà été attribués au mois de mai passé, 470 sont achevés et seront distribués à l’occasion du 1er novembre prochain, reste 907 en cours de réalisation avec un taux d’avancement de 30%», a-t-il détaillé. Pour ce qui est du reste, à savoir les 1000 logements de Draâ El Mizan répartis sur trois sites, «les travaux sont également en cours avec un taux d’avancement de 15% pour cause de contraintes diverses, notamment, la traversée du terrain par un réseau d’assainissement», a relevé Arkoub Habib. A Imllel, dans la commune de Azzazga, «les 1000 logements prévus sont répartis en 27 blocs dont les travaux sont en cours au niveau de 19 blocs. Les huit restants sont bloqués en raison de l’opposition d’une famille dont les habitations sont limitrophes au site et qui invoque «des risques de glissement de terrain», a-t-il expliqué, affirmant que celle-ci est «prise en charge par l’étude technique». Enfin, à Aghrib et Tamda où sont prévus respectivement 500 et 200 logements, «les travaux connaissent un taux d’avancement de 20% à Aghrib et autour de 40% à Tamda», a-t-il indiqué. Concernant le deuxième exercice inscrit et qui compte 8000 logements répartis sur sept sites.

La wilaya «dispose actuellement d’une couverture financière pour 7000 logements, tandis que les 1000 restants seront inscrits dans la loi de finances 2019», a précisé M. Arkoub. Il s’agit de 1500 unités à Draâ El-Mizan, 2300 à Imllel dans la commune de Azzazga, 1658 à Draâ Ben Khedda et Oued Falli, 458 à Boghni, 639 à Tamda et 400 à Aghrib. «Pour les 1500 logements à Draâ El-Mizan, l’étude est en cours et l’entreprise est déjà installée, alors que pour les 2300 unités, plus 200 logements LPA à Imllel font l’objet d’une opposition de la part des comités de village de la commune de Azzazga sous prétexte que nous avons empiété sur l’assiette réservée à la réalisation d’une zone industrielle». A ce propos, le responsable du logement, a indiqué que «l’étude urbanistique réalisée montre clairement qu’il n’y a pas d’empiétement sur l’assiette réservée à la zone industrielle», soulignant que «le site d’Imllel est appelé à devenir un pôle important avec toutes les structures d’accompagnement nécessaires dont les études sont ficelées». Par ailleurs, a souligné M. Arkoub, « les requêtes soulevées par les comités de village ont été prises en charge».

Il s’agit, entre autres, a-t-il dit, «de l’affectation, en priorité, de souscripteurs de la région» à propos de laquelle «une décision a été prise par le wali en concertation avec le ministre de l’Habitat qui ont décidé de donner la priorité aux souscripteurs de la commune de Azzazga», au nombre de 900 sur les 2300 souscripteurs inscrits.

Concernant les autres sites inscrits dans ce deuxième exercice, à savoir les 1658 de Draâ Ben Khedda et Oued Falli, les 458 à Boghni, les 639 à Tamda et les 400 à Aghrib, «les bureaux d’études sont désignés», a affirmé le directeur du logement de la wilaya de Tizi Ouzou.