«Des années de galère et de mal vie ont pris fin, pour nous, avec la réception des titres d’attributions de logements» tels peuvent être résumés les avis des bénéficiaires de logements de la wilaya de Tipasa qui ont reçu leurs décisions lors de la cérémonie organisée dans la soirée de dimanche dans le cadre d’une opération nationale d’envergure.

Près de 2000 décisions d’attribution de logements, toutes formules confondues, et d’aides à la construction rurale ont été attribuées, dans la soirée de dimanche dernier dans la grande salle des conférences du siège de la wilaya, à leurs bénéficiaires dans la wilaya de Tipasa au cours de la cérémonie symbolique de remise de clefs, présidée par Moussa Ghellaï entouré des autorités civiles et militaires.
1060 unités distribuées sur les 1930 implantés dans 11 des 28 communes que compte la wilaya, c’est-à-dire plus de la moitié des logements attribués, relèvent de la formule logement locatif social qui se répartissent entre 900 logements pour la commune de Bourkika, 150 à Messelmoune et 10 logements pour la commune de Bou-Ismail. Le programme LSP/FNPOS, a concerné 70 logements tous implantés à Gouraya. Tandis que le reste, à savoir les 800 autres décisions sont constituées d’aides à l’habitat rural, un programme très important dans la wilaya de Tipasa qui était leader en la matière il y a une décennie.
17 autres communes seront concernées par des opérations de distribution similaires de logements, selon les responsables du secteur, puisqu’il est prévu la livraison de 8 400 autres logements dans les prochains mois jusqu’à atteindre près de 10 000 logements d’ici la fin de l’année 2018.
Le premier semestre de l’année a été marqué, rappelons-le, par la distribution de plus de 6000 logements qui ont fait le bonheur de milliers de familles qui ont passé le Ramadhan dans des conditions de vie décentes. plus de 2500 unités LPL qui, ajoutées aux 3 600 unités distribuées une semaine avant, ont concerné les habitants de plusieurs communes dont 800 à Koléa, 500 à Attatba, 350 à Chaïba, 300 à Sidi Amar, 170 à Bou Ismail, et 200 à Bouharoun.