Les usagers de la station-musée de la place des Martyrs d’Alger ont été agréablement surpris en entrant au cœur de la station par une  ambiance festive, à l’occasion d’animations artistiques et culturelles durant les soirées du week-end dernier, organisées à l’initiative de l’Entreprise Métro d’Alger et RATP El Djazaïr  tout au long de ce mois sacré  de Ramadhan.

Sous le thème générique « El Djazaïr El Mahroussa », l’Entreprise Métro d’Alger et RATP EL Djazaïr  ont organisé, jeudi dernier, dans le cadre de ces animations, à la station-musée de la place des Martyrs, une soirée culturelle et festive à l’occasion de son programme d’animations  spécialement conçu durant les week-end de ce mois de  Ramadhan. C’est le chanteur Zaki, de « Zaki Project », qui donne le «la» entamant la fameuse chanson de Lilli Boniche «Alger, Alger» sur des airs où le chaâbi fusionne avec  des mélodies de jazz pour un hommage à « la plus belle capitale du monde dans le cœur des Algériens ». Le chanteur Zaki est rejoint par ses musiciens,  Hazem Salem à la guitare et Walid Targua au saxophone, dans une ambiance surréaliste en ces lieux situés dans les entrailles de la terre à plusieurs mètres sous l’une des places les plus fréquentées pendant ce mois sacré. Ainsi, les nombreux usagers de la station ont, à une heure de forte affluence soit près de 22H30, été attirés par les notes musicales et découvrir la mezanine de la station qui s’est transformée en véritable  espace chaleureux avec des décorations traditionnelles. En face  de l’estrade  faisant office de scène, sur lesquelle se produit le groupe « Zaki Project », des tapis et des poufs traditionnels ont été disposés  au grand bonheur des enfants, ainsi que les fameux plateaux de cuivres « snii »  ornés de boissons rafraîchissantes autour desquels se sont installées des familles  dans une atmosphère conviviale. Rachid Allaf, l’animateur de la soirée, a invité les présents à regarder les écrans disposés de part et d’autre de la scène,  où défilaient des images et des vidéos d’archives sur l’évolution de la ville d’Alger depuis les premières images filmées datant de l’invention des frères Lumières, en passant par des images d’actualités dont celles des années cinquante, où  il y a eu la modernisation de la capitale, jusqu’à de récentes images dont celles des années soixante, révélant la capitale de l’Algérie libre et indépendante.

Rendre la culture accessible à tous
A propos du concept de l’initiative de l’Entreprise Métro d’Alger et RATP El Djazaïr, Rachid Allaf explique que «  quand on investît un lieu public comme celui-là  pour organiser des activités culturelles et artistiques, c’est un lieu de passage, et donc c’est la culture qui va aux gens  même si gens n’ont pas l’habitude d’aller vers les événements culturels». En soulignant que «c’est une bonne chose  pour éveiller l’intérêt chez les gens qui sont un peu réticents à aller vers des manifestations culturelles parce qu’il se sentent exclus. Les usagers du métro de la place des Martyrs vont dès lors ressentir que les  événements culturels sont venus à eux. Et c’est cela qui est bien, redonner  une ambiance culturelle à l’une des places les plus populaires d’Alger ».
Notre interlocuteur ajoute que dès  le premier week-end  du lancement de cette manifestation, cela s’est bien passé, car l’ambiance était particulière. « Les usagers du métro, même s’ils  étaient seulement  de passage, étaient attirés par la musique. Ils restaient au moins pendant quinze à vingt minutes et on sentait qu’ils s’arrachaient des lieux. Il y avait aussi un défilé de mode avec des tenues traditionnelles remises au goût du jour et cela a beaucoup impressionné le public présent, dont la joie  et l’enthousiasme illuminaient leur visages de larges sourires».
L’enthousiasme  est aussi présent  lors de la soirée de jeudi dernier, lorsque l’ambiance est montée d’un cran au moment où  Zaki a pris son goumbri et a entamé les premières notes d’un air gnawi. Il  a été ensuite spontanément rejoint par Salim du groupe El Dey, de passage à la station, pour jouer du karkabou. Les usagers du métro, dont  des familles et beaucoup de jeunes, ont participé à cette ambiance festive en accompagnant le groupe musical en battant des mains et en les saluant après chaque chanson par de chaleureux applaudissements.

Encourager le vivre ensemble au cœur d’Alger
Après le spectacle musical, place à l’histoire, avec la présentation de Rachid Abdiche, guide de la Casbah accompagné d’une professeure d’histoire à l’université de Valenciennes, venue spécialement pour une visite de la Casbah. Le guide la Casbah,  très ému, confie au nombreux public  que «sincèrement je ne sais pas si c’est un rêve qui se réalise. Le fait d’être ici dans ce lieu historique. Sincèrement, même si on m’avait dit que c’était un rêve, j’aurais douté de cela tellement c’est incroyable, l’ambiance de cette soirée  ici avec vous». Il explique aux présents l’importance  historique de la réalisation de cette station-musée de  la place des Martyrs, car il existe seulement deux autres dans le monde entier. Celle de Rome, en Italie, et   d’Athènes, en Grèce. Le guide de la Casbah met ainsi en exergue l’importance pour les présents d’être fiers de  notre histoire, en soulignant qu’« ici, nous sommes sur les strates de neuf civilisations qu’a connues Alger. C’est très rare qu’un peuple puisse être riche d’un passé civilisationnel aussi important avec, notamment les vestiges et l’héritage  des Phéniciens, des Romains, des Byzantins, des Arabes  et des Ottomans». Il est à noter que pour le prochain week-end,  le 7 juin prochain, une soirée autour du thème « Transport à travers les âges », marqué notamment par l’invitation des opérateurs de transports en Algérie, une exposition des tableaux illustrant l’évolution des moyens de transport depuis l’invention de la roue et une fin de soirée animée par un groupe musical. Quant à la soirée du 8 juin, le thème sera placé sous la thématique du «Civisme : pilier d’une nation prospère», avec au programme une invitation des Scouts musulmans algériens pour partager leurs valeurs, une présentation des règles d’utilisation, d’usage et de civisme au sein du métro, par un agent RATP El Djazaïr et, comme de coutumes, en fin de soirée une animation avec un groupe musical. Au final, Rachid Allaf nous confie : « Ce qui est positif à travers cette initiative du métro d’Alger, c’est le fait de redonner le sourire à tous les usagers qui brassent différentes tranches de la société. Ce qui est important, c’est le vivre ensemble. On se rend compte qu’il s’agit de construire tous ensemble avec des choses simples. Tous les invités qui ont répondu favorablement à cette initiative ont adhéré avec enthousiasme  au concept. La  plupart sont des bénévoles venus partager leur histoire et cela est vraiment agréable. On devrait de plus en plus encourager les gens qui ont  des choses à partager à le faire dans un esprit de communion du vivre ensemble».