Le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, a plaidé, hier, auprès des collectivités locales pour le recours au GPL et au gaz naturel comprimé (GNC), qui demeurent, à ses yeux, la meilleure solution pour réduire l’utilisation et les coûts du carburant conventionnel.

Dans une déclaration lue en son nom par la secrétaire générale du ministère de l’Energie, M. Guitouni a affirmé que l’utilisation du GPL et du GNC comme carburants permettrait de réduire la lourde facture de consommation du carburant conventionnel, ajoutant que le gouvernement a consacré une importante subvention pour financer la conversion des véhicules publics et privés ainsi que les taxis, allant jusqu’à 50% du coût de l’opération. L’Etat, poursuit le ministre, a accordé d’autres facilités pour promouvoir l’utilisation du GPL comme carburant dont le maintien du prix du GPL à 9 DA/litre et l’exonération des véhicules utilisant ce type de carburant de la vignette automobile. Cette rencontre nationale s’inscrit dans le cadre du développement durable des collectivités locales et de la concrétisation sur le terrain de la coopération entre les secteurs de l’Energie et des Collectivités locales pour la mise en œuvre du programme de l’efficacité énergétique, a-t-il noté. Dans le même sillage, M. Guitouni a souligné que la large coopération entre les deux secteurs permettra aux collectivités locales l’élaboration des plans d’efficacité énergétique et le développement durable et adaptés des objectifs nationaux visant la rationalisation de la consommation d’énergie, vu la part importante que représentent les factures de l’énergie dans les budgets des communes. D’autre part, la facture d’électricité des communes ne cesse d’augmenter d’une année à une autre, a estimé le ministre, faisant état de la consommation de 4 801 gigawatts en 2017, soit 8% de la consommation nationale s’élevant à 27 milliards DA, l’éclairage public représentant plus que la moitié de la consommation des communes en électricité. «Nous devons améliorer la gestion de l’efficacité énergétique en économisant l’énergie, à travers l’utilisation de lampes économiques du type LED, soit assurer une consommation suffisante et efficace à moindres coûts, ce qui permettra aux collectivités locales de financer à l’avenir les projets locaux tels que l’installation d’un éclairage public fonctionnant aux énergies renouvelables, l’aménagement des routes et des quartiers ainsi que la prise en charge des écoles». Le ministre a rappelé, par la même occasion, que le Gouvernement et sur instruction du président de la République, Abdelaziz Bouteflika a tracé un programme ambitieux visant à réaliser une économie en énergie atteignant 92 millions de tonnes équivalent pétrole fin 2030, ce qui permettra à l’Algérie, a-t-il dit, d’épargner une enveloppe de 42 milliards de dollars en réduisant 9% de la consommation de l’énergie, suite à la mise en oeuvre du  programme national de l’efficacité énergétique dont peuvent bénéficier les collectivités locales à large échelle. Aussi, il a estimé que les collectivités locales, du fait de leur proximité des citoyens, sont habilitées à les informer de la politique énergétique nationale au niveau local, outre leur rôle important dans le développement du marché de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables.  M. Guitouni a rappelé, à ce titre, la signature d’une circulaire entre les ministères de l’Energie et de l’Intérieur qui constitue une feuille de route des mesures devant être prises par les collectivités locales pour limiter la consommation de l’énergie et introduire les énergies renouvelables.