Espace, aujourd’hui, clos et pour une durée d’un mois suite à la décision du ministre de la Culture Azzedine Mihoubi. La fermeture, mercredi dernier, de la salle de cinéma Mohamed-Zinet (Riadh el Feth) a suscité de nombreuses réactions et critiques tout au long du week-end.

En effet, plusieurs titres de presse algérienne – mais également étrangère – se permettent un raccourci rapide et basé sur une information non confirmée, pour expliquer les motivations du ministère de la Culture. Laissant ainsi entendre que la fermeture faisait suite à la diffusion, le 18 mai dernier, par le collectif Cinuvers, dans le cadre d’une soirée du «Cinéclub», du film satirique « Borat» et, plus précisément, à cause de propos ou de scènes avec l’actrice américaine Pamela Andersson, jugés offensants par certains medias.
A ce sujet, un responsable du ministère de la Culture, contacté, hier,  par téléphone,  nous a précisé que le responsable de la salle avait reçu de nombreuses mises en garde sur la question des droits de diffusion et ce, bien avant la diffusion du film « Borat». Ajoutant en substance qu’il n’était pas aujourd’hui nécessaire d’invoquer le  contenu  d’une programmation pour décider d’une sanction. Il est à noter que le ciné-club «Cinuvers»  a publié, sur sa page officielle, un communiqué où il est précisé : «Nous respectons la décision de suspension d’un mois de la salle, prise par nos autorités, et nous souhaitons que les choses rentrent vite dans l’ordre. » Ajoutant que « cette malencontreuse expérience nous pousse à redoubler d’efforts et nous faisons en sorte d’avoir un statut juridique qui respecte la loi et qui nous protège». Tout en remerciant  le soutien des membres et des sympathisants du cinéclub, il est également souligné dans le communiqué que « Cinuvers va continuer d’exister et de promouvoir l’esprit de carrefour culturel et d’échanges d’opinions dans une ambiance conviviale, marquée par le respect de chacun, tant que nous avons le soutien du public. Cette grande famille que nous remercions du fond du cœur pour sa présence et ses témoignages de soutien ». Pour rappel, il est à préciser que la fermeture de la salle Zinet, mise en application dès mercredi dernier par  l’Office  de Ryadh El Feth (Oref), a été expliquée par l’Office dans un communiqué signé par  le Directeur général Maâmar Guenna où deux raisons sont invoquées. Premièrement, la diffusion de « films piratés, sans visa d’exploitation, donc soustraits aux obligations de droits d’auteur» qui aurait été constatée, selon la même source, suite à des inspections menées par l’Oref, en collaboration avec le Centre national du cinéma et de l’audiovisuel. Et secondo, à cause d’une « programmation filmique non conforme » pour laquelle les responsables de l’Oref avaient envoyé «une notification de mise en demeure le 20 mars 2018», soit près de deux mois avant la diffusion du film « Borat».
Cependant, la question de la diffusion de film sans autorisation reste, pour sa part, complexe. Une source au fait de l’activité et de la programmation de la salle Mohamed-Zinet, nous explique que la diffusion de film sur support DVD, était le seul moyen à disposition des gérants pour maintenir l’activité de la salle. En effet, il nous est précisé que le seul distributeur de film exerçant en Algérie ne proposait qu’une cinquantaine de titres par an, tous au format DCP, un type de projecteur dont la salle ne dispose pas et n’a pas les moyens d’acquérir.