Des préparatifs sont en cours pour «reformuler» la loi française au sujet de la restitution à l’Algérie des crânes de chouhada et des archives de la Révolution, détenus par la France, a dévoilé dimanche le ministre des Moudjahidine,

Tayeb Zitouni, citant des informations, parvenues de l’ambassade d’Algérie en France en sa qualité de trait d’union entre les deux parties, faisant état de «préparatifs pour reformuler la loi (française) à ce sujet afin de permettre de nous restituer les crânes» de chouhada algériens.
Il a Jouté que parallèlement à cette action, une commission a été créée au niveau de son département pour examiner cette question. Les dossiers des crânes de chouhada et des archives de la Révolution sont «classés en tête des discussions entre les deux pays», a souligné Tayeb Zitouni, qui s’exprimait sur les ondes de la Radio régionale de Blida, dans le cadre d’une visite de travail au cours de laquelle il a présidé les festivités de commémoration du 77e anniversaire de l’exécution du commandant et fondateur des Scouts musulmans algériens (SMA), le chahid Mohamed Bouras. Il a précisé, à l’occasion, que l’Algérie est «fermement déterminée» à régler ces deux dossiers et que «sans leur règlement, il ne peut y avoir de bonnes relations avec la France».
Concernant la question des archives, le ministre des Moudjahidine a estimé qu’elle était «complexe, épineuse et sensible». Elle est toutefois «sur la bonne voie, mais elle requiert du temps», a-t-il fait savoir, tout en réitérant la détermination de l’Algérie à «récupérer ses archives, que ce soit aujourd’hui, demain ou après-demain». D’autres dossiers relatifs aux disparus et à l’indemnisation des victimes des essais nucléaires français en Algérie ont également été abordés par M. Zitouni. Ces questions sont «en cours d’examen par des commissions mixtes (algéro-françaises), sous l’égide du ministère des Moudjahidine pour examen et analyse», a-t-il précisé.
Pour rappel, en janvier dernier, l’Algérie a demandé officiellement à la France la restitution des crânes des chouhada détenus par la France et conservés depuis près de deux siècles au musée de l’Homme de Paris, et la récupération des archives de 1830 à 1962. La demande est intervenue suite à l’entretien qu’avait eu le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, le 6 décembre 2017, avec son homologue français Emmanuel Macron, qui effectuait une visite de travail et d’amitié en Algérie. Durant cette rencontre, fortement marquée par la question mémorielle entre les deux pays, M. Macron avait déclaré que la France était prête à restituer à l’Algérie les crânes des chouhada et lui livrer des copies des archives concernant l’Algérie de 1830 à 1962. Le nombre de crânes d’Algériens conservés au Muséum national d’histoire naturelle de Paris (MNHN), selon un dernier recensement, s’élève à 536 venant de toutes les régions d’Algérie, a indiqué le mois dernier à Paris le chercheur algérien en histoire et anthropologie Ali Farid Belkadi.
Ce dernier a précisé que ces crânes viennent de toutes les régions d’Algérie, de Khenchela, d’Oran, de Batna, de Skikda, d’El-Kala, d’Alger, et que parmi eux figurent même ceux d’hommes préhistoriques, très peu nombreux. «Tous n’ont rien à faire en France», avait affirmé à l’APS ce chercheur, qui avait découvert, dans le cadre d’un travail de recherche en mars 2011, les crânes d’Algériens qui avaient combattu, à Zaâtcha (Biskra), l’armée française en 1849.