La direction de la santé et de la population (DSP) d’Alger est en train de recruter, par le biais du dispositif de l’Anem, 248 médecins généralistes, la plupart affectés au CHU Mustapha-Pacha pour renforcer les différents services ainsi que dans les cliniques.

Ils font partie des 600 médecins généralistes, dont le ministère de la Santé avait annoncé le recrutement début mai dernier. Si la tutelle se défend d’avoir ouvert des postes budgétaires dans le secteur en réponse au mouvement de grève des médecins résidents, les médecins généralistes nouvellement recrutés seront intégrés dans les établissements de santé comme contractuels pendant deux ans avant d’être retenus prioritaires pour un recrutement définitif sans passer par un concours. Ils seront affectés aux services des urgences, tâche pour laquelle ils recevront une formation d’urgentistes. En revanche, si passer par l’Anem pour recruter des médecins pourrait s’apparenter à une première, elle peut s’expliquer par l’urgence de la situation dans laquelle se trouvent les structures sanitaires suite à l’abandon par les médecins résidents des gardes et du service minimum depuis maintenant un mois. Les postulants ne doivent pas dépasser les 35 ans, selon l’avis lancé par la direction de l’Anem. Il faut rappeler que suite à la grève des médecins résidents, ce sont les médecins-chefs, professeurs, maîtres-assistants et paramédicaux qui ont dû ainsi faire face à une pression accrue dans les services de santé. Les médecins résidents n’ayant pas répondu aux réquisitions ordonnées par le ministère de la Santé en vue de garantir la continuité des soins et la prise en charge des malades, ce sont donc ces derniers qui assurent les gardes.