Le P/APC d’Aïn El Turck passe de mauvais jours au siège de sa commune. Depuis les dernières élections de décembre 2017, les conflits n’ont pas cessé entre les élus jusqu’à ce jour.

Et l’édile s’est retrouvé « encerclé » à la fois par des élus qui ne s’entendent pas et des groupes de personnes qui cherchent à faire pression sur lui et l’obliger à céder dans des dossiers « pas clairs » selon lui. Ce qui l’a poussé à lancer un appel de détresse et d’intervention au ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales. En attendant, le secrétaire général de la commune a été chargé de gérer les divers dossiers courants, comme la saison estivale et les examens de fin d’année, l’éclairage public et l’hygiène. Selon nos sources, « le P/APC d’Aïn El Turck fait face à des tentatives d’individus qui ont voulu accaparer des lots de terrain, ce qui a poussé 14 membres de l’Assemblée à boycotter les sessions de cette assemblée composée de 19 membres, dont 17 du FLN et 2 du RND », dira le P/APC. Il a également constaté «la distribution litigieuse de locaux commerciaux dans la cité de Bensamir à des dizaines de personnes habitant Bousfer, à la place des jeunes chômeurs d’Aïn El Turck », dira-t-il. D’après nos sources, le maire a découvert que l’une des personnes impliquées dans cette distribution litigieuse avait pris cinq (05) magasins à elle seule. Le conflit s’est soldé par un blocage total de l’APC: après l’absence des 14 élus, aucun des projets à l’ordre du jour n’a été approuvé. Cette situation a poussé le chef de la daïra d’Aïn El Turck à écarter le P/APC des dossiers de l’hygiène et de la saison estivale et l’organisation des examens de fin d’année. La situation s’est aggravée quand des parties ont été incitées à protester dans la rue à Aïn El Turck. Une enquête a été ouverte par les services de sécurité pour incitation à la protestation à cause de la non-distribution des magasins. Son auteur serait un repris de justice. Le P/APC, devant cette situation, attend une réponse à son appel de détresse au ministre de l’Intérieur et au wali d’Oran.