Après les épreuves de fin de cycle primaire, dont le coup d’envoi avait été donné, ce 23 mai, par la ministre de l’Education nationale, Mme Nouria Benghebrit, à partir de l’école primaire Chahid Mohamed-Hadj-Kouider, dans la commune de Hassi El Gara, dans la circonscription administrative d’El Menéa, wilaya de Ghardaïa,

c’est au tour des candidats au BEM de se creuser les méninges pendant trois jours, soit du lundi 28 au mercredi 30 mai, pour décrocher le ticket de passage au palier supérieur qu’est le cycle secondaire. Ils seront ainsi 8 283 candidats, dont 3 621 filles, à se présenter dans les 34 centres d’examen ouverts à travers le territoire de la wilaya de Ghardaïa. 229 concourront en candidats libres, dont 152 détenus, pour lesquels un centre d’examen est ouvert dans l’enceinte même de la prison de Châabet Ennichène, à Ghardaïa, 25 candidats libres et 52 en qualité de candidats suivant des cours à distance du CNEPD, pour lesquels aussi, un centre d’examen est spécialement ouvert. En sus des 1 480 personnes prévues pour l’encadrement, la correction se fera à Ghardaïa, au CEM de Sidi Abbaz, par 480 correcteurs désignés pour cette tâche. Selon Amar Tibani, le directeur de l’éducation de la wilaya de Ghardaïa, « tous les moyens humains, pédagogiques, techniques et logistiques ont été mobilisés pour la circonstance. Même le centre de correction, fonctionnel et opérationnel depuis cinq ans, a été doté de toutes les commodités, particulièrement la climatisation, eu égard aux rigueurs du climat, notamment lors de la période des grandes chaleurs et compte tenu que les épreuves de fin de cycle primaire (23 mai) et du BEM (28, 29 et 30 mai) se déroulent en plein mois de Ramadhan ». Pour leur  part, tous les corps constitués sont mobilisés pour apporter leur concours. Tout un dispositif de sécurité des centres d’examen,  aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, a été prévu tant par les services de police, dans les centres urbains, que par la gendarmerie dans les centres suburbains. Le corps de la Protection civile, avec ses éléments et surtout ses médecins, est lui aussi sur la brèche pour répondre présent à toute sollicitation, notamment en ces journées caniculaires. A signaler, toutefois, que c’est la première fois, et ce sur instruction de la ministre de l’Education nationale,  qu’il n’y a pas de cérémonie d’ouverture des plis des sujets comme cela se faisait auparavant. Tant mieux, cela ne rapportait rien, bien au contraire, cela perturbait les candidats qui se voyaient complètement déconcentrés avec tous le « cirque » qui se déroulait devant eux.O. Y.