Le montage automobile en Algérie devrait profiter du lancement, durant l’année en cours, de la  fabrication, localement, des produits plats utilisés dans l’industrie des carcasses de véhicules.

Cette activité apportera «une nouvelle dynamique» au montage  de véhicules, a estimé M. Medjoubi, secrétaire général du ministère de l’Industrie et des Mines, en marge d’une journée technique sur les produits plastiques utilisés dans le domaine de l’industrie de véhicules, organisée à Sétif. Il a précisé que ce sont le complexe de sidérurgie d’El Hadjar à Annaba et deux autres usines en Algérie qui fourniront ces produits plats.
Cette démarche, a rappelé  le SG du MIM,  s’inscrit dans le cadre des efforts qui se poursuivent pour augmenter le  taux d’intégration dans l’activité d’assemblage, imposer aux importateurs de pièces détachées la fabrication de ces pièces en Algérie et soutenir les industries préparatoires, comme l’industrie des produits plats en sidérurgie considérés comme l’une des principales matières premières entrant dans la fabrication de véhicules.
M. Medjoubi a souligné que le ministère de l’Industrie et des Mines s’attèle à finaliser le cahier des charges de l’industrie des pièces détachées.
Organisée à l’initiative du groupe algérien des spécialités chimiques de Hussein Dey et l’Union professionnelle de l’industrie automobile et mécanique (Upiam), la rencontre de jeudi dernier était dédiée à la matière plastique utilisée à hauteur de plus de 30% dans l’industrie automobile.
 Le choix de la wilaya de Sétif pour abriter ce rendez-vous n’était pas fortuit, sachant que la capitale des Hauts-Plateaux est considérée comme l’un des «principaux pôle d’industrie dans le domaine du plastique», a soutenu M. Medjoubi.
Pour sa part, le président directeur général du groupe algérien des spécialités chimiques, Abdelghani
Benbatka, a déclaré que cette rencontre s’inscrit en droite ligne avec les décisions gouvernementales relatives au développement et à l’augmentation du taux d’intégration dans le domaine de montage automobile. Il a précisé que les quatre filières du groupe, l’industrie de la peinture, l’industrie des verres, et celles du plastique et des produits d’entretien, contribueront efficacement à la concrétisation de cet objectif et ce conformément à la réglementation en vigueur imposant aux investisseurs versés dans le domaine de montage de véhicules un taux d’intégration avoisinant les 40%.