La société helvétique Syngenta Agro Busness, présente sur le marché algérien depuis 1987, spécialisée dans le commerce des pesticides et des semences, intervient suite à une étude faite sur la question par ses propres experts.

Le représentant officiel de Syngenta Agro en Algérie, Faouk Hadj Hammiche, a indiqué ce jeudi lors d’une rencontre du groupe à Mostaganem que c’est à partir d’un diagnostic avéré, réalisé suite à une analyse des données sur les rendements, ainsi que sur les coûts de production, il a été constaté le manque de la bonne profitabilité. Par conséquent, le modèle d’exploitation actuel devait être revu. Selon lui, Syngenta Agro intervient pour introduire un apport technologique et génétique à la culture céréalière en Algérie, visant à augmenter la production de 30%. Farouk Hadj Hammiche nous parlera des grandes lignes de « l’initiative céréales» qui, selon lui, est une approche pour la conduite du blé pluvial en Algérie, en vue de pallier certaines contraintes, entravant l’accroissement dans les résultats. Notre interlocuteur pense que cette approche revêt une importance capitale pour le devenir de la céréaliculture en Algérie. Sur la thématique de « l’intensification de la production du blé dur », de Tlemcen, Aïn Témouchent, Saïda, Relizane, Chlef, Aïn Defla et Mostaganem, les céréaliers sont venus à cette journée de formation dispensée par un expert de Syngenta Agro. L’objet de cette rencontre s’articulait autour de la problématique des faibles rendements en céréales en Algérie malgré les bonnes conditions d’exploitation. Saba Plus, dont le programme de formation proposé englobe l’initiative d’amélioration des rendements céréaliers. Considérant que l’agriculture est un des piliers fondamentaux de l’économie nationale, la céréaliculture doit occuper une place qui dynamiserait le secteur de la production céréalière. Il affirme qu’aujourd’hui, il est constaté que la production céréalière est en deçà de ses capacités réelles et c’est aux exploitants d’adhérer à cette démarche de modernisation des moyens d’exploitation grâce à ce type de formation. Pour ce faire, le représentant de Syngenta Agro est venu d’abord créer le «Club de l’Ouest » qui est une structure qui va accompagner les céréaliers dans cette nouvelle initiative. A travers cet atelier auquel ont participé une cinquantaine de céréaliers de l’Ouest algérien, Syngenta Agro vise à arrêter des programmes de formation, car la formation des agriculteurs, ainsi que celle des techniciens servirait les objectifs de la céréaliculture. La société suisse et à travers Saba Plus Cereal Initiativ ambitionne de créer des parcelles pilotes sur des exploitations. Ces parcelles seront des modèles qui inspireront les exploitants à la modernisation de leurs exploitations, autant sur le plan des méthodes que sur le plan matériel.