Une procédure d’annulation des décisions d’affectation des locaux à usage professionnel non exploités à ce jour sera engagée à l’encontre des bénéficiaires défaillants et leur remplacement par des demandeurs «sérieux et aptes à les faire fonctionner», a averti samedi le wali de Médéa.

«Les bénéficiaires des locaux à usage professionnel sont mis en demeure d’entamer, dans les plus brefs délais, l’exploitation des locaux qui leur ont été attribués, depuis plusieurs années, faute de quoi il sera procédé à l’annulation des décisions d’affectation qui leur ont été attribuées», a indiqué le chef de l’exécutif, Mohamed Bouchema, lors d’une rencontre avec les élus locaux. Ces derniers ont été instruits d’engager, dès à présent, une procédure en vue de récupérer les locaux non exploités, après plus de dix ans d’attribution, et de préparer une liste de demandeurs réunissant toutes les conditions d’éligibilité, notamment sur le plan financier et l’aptitude à faire fonctionner ces locaux, a-t-il souligné. Un délai d’un mois a été accordé aux Assemblées populaires communales (APC) pour assainir ce dossier et mettre un terme à la dégradation de ce patrimoine communal, dont «l’abandon prive les collectivités de ressources financières non négligeable», a fait remarquer le wali. La consistance du parc de locaux à usage professionnel concerné par cette mesure est estimée à 1 727 locaux, ventilés sur plusieurs communes, selon les chiffres présentés lors de cette réunion par les services du secrétariat général, tandis que 341 autres locaux, sur un total de 3 651 locaux réalisés dans la wilaya, n’ont toujours pas été distribués.