Décidément, l’appétit criminel de l’occupant israélien ne sera jamais rassasié. Pour énième preuve d’une offensive meurtrière mise en branle jusqu’à l’anéantissement total et définitif de toute velléité de résistance en provenance du peuple palestinien,

l’armée israélienne s’est dit prête à rééditer le coup de vendredi qui a coûté la vie à plusieurs Palestiniens enclavés dans la bande de Gaza, après avoir été  bombardés aux gaz lacrymogènes et ciblés par des balles réelles que des soldats sataniques n’ont pas hésité à leur offrir en guise de « cadeau » pour la commémoration du 42e anniversaire du Jour de la Terre. Hier, alors que les Palestiniens pleuraient et enterraient leurs seize martyrs tués dans la journée sanglante de la veille, de hauts gradés de l’armée dans le camp ennemi faisaient encore usage d’un triste arsenal sémantique pour soutenir l’effet de leurs armes sur le terrain et menaçaient de recourir à de nouvelles actions assassines contre un peuple livré à son sort dans la bande de Gaza. C’est dire à quel point l’armée sioniste est prête à aller dans sa besogne macabre, quitte à marcher sur les corps de tous les Palestiniens pour empêcher « la marche du retour » à s’accomplir. De nouvelles menaces qui ont tout d’un autre défi à l’encontre d’une communauté internationale et à ses institutions représentatives, notamment l’Organisation des Nations unies qui se voit mise à rude épreuve comme souvent par un Etat israélien indifférent à ce que peu penser le SG de l’ONU et ses collaborateurs. Ce dernier, en l’occurrence Antonio Guterres, a réagi au nouveau massacre de vendredi en appelant à l’ouverture d’une enquête indépendante et transparente, comme si la réponse n’était pas déjà assez claire à travers cette configuration de conflit qui oppose une armée d’occupant à un peuple désarmé et spolié de ses droits sur ses propres terres. L’ONU, les autres institutions et toute la communauté internationale pourront continuer à appeler, interpeller ou dénoncer sans réellement espérer avoir raison de responsables israéliens qui peuvent compter sur le soutien indéfectible du va-t-en-guerre, Donald Trump. Ultime insulte à la mémoire des martyrs palestiniens, Netanyahu, fort du soutien des Etats-Unis, n’a pas trouvé mieux que de louer et féliciter ses soldats !