Lors de sa réunion, hier, avec les cadres du parti dans le cadre des activités de formation continue des militants, le secrétaire général du parti Ennahdha, Mohamed Douibi, a tenu à faire un tour d’horizon sur des thèmes qui marquent l’actualité, notamment la répression dont font l’objet les Palestiniens et l’émergence des courants salafistes en Algérie.

Pour lui, le peuple palestinien est victime d’un projet abject destiné à le faire taire et étouffer le soulèvement. «Plus de la moitié des Palestiniens vit en dehors de ses terres, tandis qu’Israël occupe abusivement 88% de la Palestine au su et au vu de la communauté internationale.
Malheureusement, cet état des lieux est une suite logique d’un complot tissé par Israël en conspiration avec ses alliés arabes et américains. Dieu merci, l’Algérie est toujours fidèle à ses principes quant à son soutien inconditionnel à la cause palestinienne et nous souhaitons qu’elle le reste.» Ce thème tient beaucoup à cœur le leader d’Ennahdha, qui estime que le peuple palestinien a, plus que jamais, besoin d’aide pour défendre sa juste cause. «L’Algérie fait, effectivement des dons, sauf que nous déplorons que ces aides n’arrivent pas à destination en grande partie, autrement dit, aux populations enclavées de Gaza», se désole-t-il.
M. Douibi évoque ensuite l’actualité nationale, marquée, selon lui, par le  phénomène du chômage croissant parmi les jeunes et appelle le gouvernement à plus de réformes économiques, sociales et politiques. «Nos jeunes souffrent du chômage, du coup, ils basculent dans les différentes formes de délinquance. Voilà qui donne lieu à la récupération politicienne à travers un discours belliqueux qui vise à semer le trouble et diviser les Algériens. La meilleure illustration dans ce sens est l’émergence d’un courant salafiste qui exclut tout Algérien n’étant pas endoctriné par son idéologie. À ce titre, nous demandons l’intervention de l’Etat pour protéger la religion», indique-t-il.