Belle et louable initiative que celle de la jeune et récente création de l’association « La Vie et la Santé », le 07-12-2015, présidée par la sage-femme, Mme Megamez-Bouhafs, à savoir parvenir à ramener d’Alger une équipe composée de quatre femmes médecins bénévoles, dont deux gynécologues, une chirurgienne, une oncologue (du centre Pierre et Marie Curie) et une assistante médicale des hôpitaux Mustapha-Pacha (CPMC) et Parnet.

Pendant deux jours, soit le jeudi 29 et le vendredi 30 mars, cette équipe devait à ausculter, au niveau de la polyclinique Moudjahida Araba-Mohamed de Dhaïa Ben Dahoua, à 10 km au nord de Ghardaïa, plus de 70 patientes, préalablement sélectionnées après consultation par le médecin généraliste de cette même clinique après s’être présentées suite à une large information diffusée simultanément tant sur les ondes de la Radio locale, les mosquées et un affichage au niveau des lieux publics. L’objectif de ces journées est, d’une part, de procéder à des opérations de dépistages du cancer du sein et du col de l’utérus et, d’autre part, de sensibiliser les femmes sur l’intérêt du dépistage régulier et ce à partir de 25 ans. Mobilisant une équipe pluridisciplinaire, un plateau technique et l’échographie pour épauler la composante médicale et assurer ainsi la réussite de l’opération, la Direction de la polyclinique Moudjahida Araba-Mohamed de Dhaïa Ben Dahoua, où exerce d’ailleurs la présidente de l’association, initiatrice de cette campagne, reste mobilisée pour apporter toute l’aide et l’assistance tant technique, matérielle que scientifique nécessaire. Pour rappel, et selon un gynécologue réputé sur la place de Ghardaïa, « le cancer du col de l’utérus est après le cancer du sein, un des plus fréquents chez la femme. Il est responsable, selon des chiffres non confirmés, de près de 1 000 décès par an en Algérie, alors qu’environ 90 % pourraient être évités grâce à un dépistage régulier ». Il ajoute : « Le cancer du col de l’utérus se développe à partir de lésions dites précancéreuses. Différents virus de la famille des papillomavirus sont souvent déclarés coupables du cancer du col de l’utérus. Parmi les facteurs favorisants, citons principalement les grossesses précoces et multiples, la précocité des rapports sexuels, le changement fréquent de partenaire et le tabagisme. » Selon des sources médicales et scientifiques, avec environ 50 000 nouveaux cas et près de 1 000 décès par an, le cancer du sein est le plus répandu des cancers féminins. Près d’une femme sur neuf en Algérie sera concernée au cours de sa vie mais détecté tôt, il est guéri dans neuf cas sur dix. Classé comme l’un des quatre dépistages du cancer essentiels à réaliser, il est recommandé aux femmes âgées de plus de 50 ans de réaliser une mammographie tous les deux ans. Le cancer du col de l’utérus, dixième cancer le plus fréquent chez la femme, touche chaque année, en Algérie, 3 000 femmes dont 1 000 en mourront. Aujourd’hui, c’est l’un des seuls pour lesquels le pronostic se dégrade en Algérie, avec un taux de survie à cinq ans en diminution. Or, neuf cas sur dix peuvent être évités grâce au frottis de dépistage, qui permet de détecter d’éventuelles lésions précancéreuses sur le col. Il est recommandé aux femmes âgées de 25 à 65 ans de réaliser cet examen tous les trois ans.
O. Y.