Le retard mis dans le lancement des opérations de viabilisation de la zone industrielle de Sidi Khaled dans la commune d’Oued El Berdi, au sud de Bouira, a pénalisé plusieurs opérateurs.

Annoncé en grande pompe par les autorités locales, le projet serait gelé dans le sillage des orientations du gouvernement, appelant à une bonne maîtrise des deniers publics et ce en raison de la chute vertigineuse des prix du pétrole.
Pourtant, les responsables du secteur au niveau local n’ont de cesse de rassurer les investisseurs quant au lancement des travaux de viabilisation.
« Nous sommes pénalisés. Nous ne pouvons plus procéder à l’installation de nos équipements importés et ce pour cause d’absence de chemins d’accès », a déploré un gérant d’une entreprise, ajoutant que le site est aussi privé de toutes commodités. La zone industrielle de Sidi Khaled de 225 hectares et qui a été renforcée avec une extension de 190 hectares atteignant une capacité globale de 400 hectares est dans un piteux état.
Les porteurs de projets ont à maintes fois exprimé leur désarroi en interpellant les pouvoirs publics sur la nécessité de résoudre les problèmes auxquels ils font face depuis des années. Le déplacement des lignes de haute tension ainsi que les conduites principales de gaz n’a pas eu lieu encore, ce qui a compliqué davantage la tâche des investisseurs. L’entrée en production de plusieurs fabriques est désormais « ajournée ».
« Nous sommes tenus de respecter les cahiers des charges avec nos différents partenaires mais avec le retard mis dans la viabilisation de la zone, notre mission est de plus en plus compliquée », a révélé un investisseur préférant garder l’anonymat.
C’est d’ailleurs l’une des raisons qui auraient sans nul doute poussé le groupe Ival, représentant exclusif de la marque italienne Iveco, à entamer le montage de véhicules utilitaires dans la wilaya de Boumerdès en attendant que les travaux de construction de son usine soient achevés au niveau de la zone d’Oued el Berdi. Les opérateurs économiques retenus au niveau de la zone industrielle de Sidi Khaled souhaitent que les chantiers de viabilisation soient lancés pour pouvoir procéder à l’installation de leurs projets. Pour rappel, le Conseil des ministres avait décidé et ce, en déclassant des terres agricoles, de l’implantation d’une mégazone industrielle au niveau de la commune de Dirah, à l’extrême sud de la wilaya de Bouira. Une superficie estimée à 800 hectares a été ainsi dégagée.