La wilaya de Béjaïa compte pas moins de 22 535 handicapés, tous titulaires de carte d’invalidité, a indiqué, mercredi dernier, le directeur de l’Action sociale et de la solidarité (DASS), Mohand Akli Benamara, à l’occasion de la célébration de la Journée nationale des handicapés, coïncidant avec la date du 14 mars de chaque année.

Les festivités commémoratives de cette journée ont eu lieu à la Maison des associations, à la Cité Remila, dans la banlieue de la capitale des Hammadites, en présence du wali de Béjaïa, Mohamed Hattab, des élus locaux et de nombreux animateurs du mouvement associatif à caractère caritatif et social.
À noter que les statistiques présentées par la DASS de Béjaïa, arrêtées au 10 mars 2018, font état de quelque 902 sourds-muets, 11 907 handicapés mentaux, 6 982 handicapés moteurs, 1 371 polyhandicapés et 1 373 non-voyants.
Selon la même source, pas moins de 7 328 handicapés bénéficient d’une pension d’invalidité à 100 %, alors que 12 605 autres bénéficient d’une allocation forfaitaire de solidarité (AFS) de 3 000 DA, dont 99% possèdent des cartes Chifa. Ce qui fait que la quasi-totalité des handicapés enregistrés au niveau de la DASS de Béjaïa bénéficient d’une couverture sociale (remboursement des soins, frais médicaux…).
Lors de cette journée commémorative, certains organismes sociaux, notamment la Cnas, Angem, Cnan, ADS et l’ONAAPH, ont mis en place des stands au niveau de la Maison des associations de Béjaïa, en vue d’exposer au grand public leurs différents dispositifs d’aide et d’insertion socioprofessionnelles.
Selon un responsable de la Cnas de Béjaïa, le nombre d’assurés sociaux dans la catégorie handicapés bénéficiant d’une allocation de 3 000 DA dans le cadre de l’AFS, s’élève à 14 558, tandis que ceux bénéficiant d’une allocation d’aide de 4 000 DA, est de l’ordre de 6 108.
De son côté, Mme Ouachak, directrice de wilaya de l’Angem, indique que durant ces cinq dernières années (2012-2017), pas moins de 23 personnes handicapées ont bénéficié d’une aide de la part de son organisme, dont 17 femmes qui ont investi dans différents secteurs d’activités, l’artisanat, l’apiculture, les services, entre autres, précisera notre interlocutrice. Elle rappellera, au passage, que l’aide octroyée par l’Angem est plafonnée à un million de dinars.
Par ailleurs, il est à signaler que le wali de Béjaïa, qui a eu à visiter ces stands, a insisté auprès de ces organismes d’Etat sur la nécessité d’encourager l’investissement des créneaux utiles au public. « Il faut en finir avec les kiosques multiservices qui poussent comme des champignons. On a clochardisé le tissu urbain. Les Béjaouis doivent se réapproprier leur environnement. On doit aider nos jeunes à s’orienter vers des métiers technologiques», a lancé M. Hattab devant les responsables des différents organismes étatiques présents sur les lieux.
Intervenant devant une assistance composée essentiellement de personnes handicapées, le premier responsable de la wilaya a estimé que « les handicapés méritent d’être pris en charge et accompagnés quotidiennement, pas seulement par l’Etat, mais par toute la société. Je m’adresse surtout au mouvement associatif de la région, qui doit contribuer au développement de notre société ».
Enfin, il y a lieu de signaler qu’à l’issue de cette journée commémorative, plusieurs aides et cadeaux, dont des fauteuils roulants et autres appareillages, ont été distribués à certains handicapés conviés pour la circonstance.