Les arnaques se multiplient sur les réseaux sociaux. Des arnaqueurs créent des pages et des groupes de vente sur les réseaux sociaux en vue d’étendre leurs activités malveillantes.

En l’absence d’entreprises spécialisées en e-commerce reconnues par les pouvoirs publics, les internautes algériens se tournent vers des pages et des groupes de vente fortement présents sur les réseaux sociaux notamment sur Facebook. Ces groupes et pages proposent aux internautes toute sorte de marchandises et services loin des yeux des contrôleurs. Une situation qui préoccupe l’Association de protection et d’orientation du consommateur (Apoce), qui reçoit sans cesse des plaintes de la part de citoyennes victimes d’arnaques sur les réseaux sociaux.  
Dans une déclaration à l’APS, en marge de la Journée d’études organisée par la Direction du commerce de la wilaya d’Alger sur « Les marchés numériques en Algérie », à l’occasion de la Journée mondiale des droits du consommateur, coïncidant avec le 15 mars de chaque année, M. Zebdi a affirmé que les citoyens sont appelés à ne pas payer de somme d’argent ou une avance avant la réception du produit, objet de la commande par le client, acquis via des pages de réseaux sociaux et qui s’avèrent être des pages fictives et que le produit n’est pas conforme à la demande du client.
Il a ajouté que l’Apoce a reçu plusieurs plaintes émanant de victimes de ces pages qui, parfois, se font passer pour des entreprises commerciales de marques connues, alors que d’autres acheminent au client des produits différents de ceux consultés à distance. Plusieurs citoyens, poursuit l’interlocuteur, se sont plaints des longs délais de livraison qui peuvent atteindre deux, voire trois mois, contrairement à ce qui a été annoncé au consommateur avant la finalisation de l’opération de vente. Il a, à ce propos, indiqué que le droit de remboursement n’est pas effectif actuellement en la matière, d’où son appel à « faire preuve de vigilance vis-à-vis de ces transactions et ce, dans l’attende de remédier à cette situation à travers un arsenal juridique protégeant ses droits, en tant que consommateur ».
La Journée d’études organisée par la Direction du commerce de la wilaya d’Alger dans le cadre de « la Semaine nationale de la qualité », lancée par le ministère du Commerce à travers l’ensemble des wilayas du pays, du 12 au 18 mars, a connu la présentation de plusieurs communications , où il a été question de la réalité du e-commerce en Algérie et des lois qui le réglementent. Les participants à cette Journée d’études, notamment, des organisations de protection du consommateur, ont soulevé plusieurs préoccupations portant essentiellement sur la protection du consommateur contre toutes les formes d’exploitation commises par le commerçant électronique. Cette journée d’études a connu également la présentation par certains jeunes promoteurs de projets de sites de vente, d’achat et de publicité, tels que Oued Kniss, Batolis et Monitex, de leurs expériences en matière du e-commerce et des garanties qu’ils apportent au consommateur algérien.
Notons que le projet de loi sur le commerce électronique qui a été adopté par la chambre basse du Parlement le mois passé viendra combler ces lacunes et mettra de l’ordre dans ce secteur qui  joue un rôle déterminant dans l’économie de demain.