LafargeHolcim Algérie organise, depuis hier, des journées techniques au sein de son laboratoire de Rouiba. Elle présentera des techniques « inédites » pour construire et rénover les routes en réduisant drastiquement les coûts

. Il s’agit en outre de sa nouvelle technique innovante appelée «Ardia 600 ». « Construire et rénover nos routes plus vite, moins cher, en réduisant l’empreinte environnementale avec plus de durabilité », telles sont les thématiques des journées techniques qu’organise LafargeHolcim Algérie, depuis hier, et pour deux jours, au laboratoire de la construction de Rouiba.

Ces deux journées ont réuni, entre autres, des experts nationaux et internationaux et plusieurs acteurs locaux de premier ordre, bureaux d’études, de contrôle, maîtres d’ouvrages…, et ceux de LafargeHolcim Algérie. Les thèmes choisis sont, en règle générale, en relation avec les préoccupations de l’heure des professionnels et des industriels de la construction.
Lors de ces deux journées, la solution Ardia 600 sera encore une fois au menu. Cette nouvelle technique, qui a fait son entrée en Algérie il y a deux ans dans plusieurs wilayas, fera la une de ces journées techniques.
D’autre part, la technique de retraitement à froid des chaussées aux liants hydrauliques routiers « Aradia 600 » offre des avantages significatifs en termes de santé et sécurité, de coûts, de délais et de faisabilité. L’impact environnemental et la préservation du cadre de vie ne sont pas en reste, et ce, grâce à l’optimisation des mouvements de terre du chantier et du transport de matériaux, la limitation des exploitations de gîtes d’emprunt et zones de dépôt, la réduction des délais de réouverture à la circulation sur les chantiers d’entretien, la préservation de la voirie existante… Le franc succès rencontré par la réalisation de planches d’essai a suscité un véritable intérêt des différents acteurs du secteur.
Mais, l’un des problèmes majeurs que rencontre cette solution demeure la réticence qu’expriment certaines entreprises de réalisation à utiliser cette méthode, du fait qu’elle n’est pas introduite dans les cahiers des charges. C’est pour cette raison que l’enjeu de la firme est de la généraliser en poursuivant le « travail de pédagogie et d’explication ». <