Une simple application pour smartphones, présentée comme un «réseau social pour athlètes» et développée par l’entreprise californienne Strava à destination des sportifs – notamment les joggeurs – a révélé par inadvertance la présence de personnels civils ou militaires dans plusieurs régions du monde : des zones du Sahara algérien ou encore des régions en conflit dans le nord de la Syrie.

Explications : les utilisateurs de l’application fournissent leurs positions sur le site internet d’une «Global Heat Map», une carte du monde interactive montrant les itinéraires des utilisateurs et en dévoilant en surbrillance les parcours de jogging les plus fréquentés. Des telles informations, anodines en ce qui concerne les grandes villes ou zones densément peuplées, prennent une tout autre importance en les superposant avec les cartes des régions inhabitées ou en conflit, à tel point que les autorités militaires américaines ont annoncé hier que des mesures seraient prises pour «affiner» l’utilisation de telles applications dans ses rangs.
L’application a permis de dévoiler la carte d’une forte activité dans les bases militaires connues, que ce soit aux États-Unis ou dans le monde (notamment en Irak). Elle montre également des «traces» dans les zones où le déploiement américain est déjà fortement suspecté dans le nord de la Syrie, des régions où le personnel américain opère illégalement au regard du droit international. Si la carte ne dévoile pas l’identité des utilisateurs, elle montre par ailleurs l’existence d’une certaine activité dans plusieurs régions d’Algérie, notamment à Alger et Oran, alors que d’autres traces plus au sud se superposent pour leur part avec les principaux sites d’extraction d’hydrocarbures, mais également les routes vers Tamanrasset. Une constatation qui semble indiquer que des utilisateurs algériens ou étrangers de l’application, ou plus vraisemblablement des coopérants, n’ont pas reçu pour consigne de stopper le partage de donnée de leurs téléphones. Une véritable faille de sécurité étant donné la situation sécuritaire de la région.