Les entreprises pharmaceutiques ont été exemptées des «mesures spécifiques applicables à la domiciliation des opérations commerciales, telles qu’elles avaient été édictées par son instruction du 22 octobre ( de la Banque d’Algérie ndlr)», a annoncé, hier, l’Union nationale des opérateurs de la pharmacie dans un communiqué.

L’Union nationale des opérateurs de la pharmacie (Unop) a affirmé, ainsi, via un communiqué, que «la Banque d’Algérie vient de notifier la décision d’exempter les entreprises du secteur pharmaceutique national» de ces mesures spécifiques. L’Unop se réjouit ainsi de cette exemption, l’application de ces mesures au long de l’année 2018 «aurait eu comme conséquence de graves perturbations dans la disponibilité des produits pharmaceutiques». «Parmi ces mesures fortement contraignantes, figurait notamment l’obligation de provisionner chaque facture de médicament d’un montant minimal équivalent à 120% du montant de l’opération considérée», souligne le communiqué. L’Unop estime également que «ces restrictions à la domiciliation, outre qu’elles auraient contribué à générer des surcoûts insupportables pour les entreprises de la filière pharmaceutique, assimilaient implicitement le médicament, produit sensible s’il en est, à un produit de luxe».F. D