Reporters : Le ministère de la Santé a mis en place un groupe de travail pour examiner la question des dangers d’Internet pour les enfants. Quelle réaction par rapport à cette initiative ?

Sihem Hammache : Toute initiative destinée à sauver nos enfants des dangers qui les guettent, quelle que soit la source de ces dangers, est louable. La décision du ministère de la Santé publique de se pencher sur le dossier, comme celle de l’Education nationale de sensibiliser le public scolaire, méritent l’encouragement et le soutien. De notre point de vue, ces actions doivent cependant être inscrites dans la durée et ne pas être menées selon les logiques de l’urgence et des campagnes. Ces actions ne devraient pas se concentrer uniquement sur un fait – celui lié au jeu de la Baleine bleue – mais elles doivent être élargies à l’ensemble des problèmes liés à l’usage d’Internet par les enfants.
Les risques existent et sont connus de tous. Nous notons cependant que des départements ministériels concernés par ces questions n’ont réagi qu’après coup et qu’après qu’on ait dénombré des cas de suicide. Internet est présent dans nos vies depuis longtemps. L’anticipation de ses risques ne s’est pourtant pas faite. Notre point de vue est de rester vigilant en permanence face à des risques et des dangers qui ne cessent d’évoluer sur la Toile. Si nous parlons d’Internet aujourd’hui, parce que le sujet fait l’actualité, il faut parler aussi de toutes les menaces nouvelles qui planent sur l’enfance dans notre pays et qui évoluent en fonction des bouleversements sociaux auxquels nous assistons… C’est déjà positif que des associations réagissent bien à ces phénomènes et mobilisent leurs moyens de sensibilisation et de prévention. Il faut toutefois poursuivre cette lutte en impliquant tous les acteurs susceptibles d’apporter leur concours, les parents en premier parce que ce sont le maillon clé.

Que fait le réseau Wassila face à la situation actuelle ?
Outre le travail d’information et d’observation, accompagné de la condamnation publique de ces logiciels de jeu dangereux, le réseau Wassila insiste sur le rôle des parents dans la protection de l’enfant. On estime qu’il y a également un travail à faire sur le plan juridique pour la mise en place d’un dispositif de protection des enfants et des jeunes face aux risques de la Toile. Prochainement, nous allons organiser un atelier juridique sur les lois concernant la protection des enfants, avec un focus spécial sur la question de l’enfance en danger face au Net. Car on estime que la nouvelle loi sur la protection des enfants a besoin d’être davantage renforcée par rapport aux évolutions inquiétantes que nous évoquons. 

Recueillis par meriem kaci