« Un livre, le monde entre tes mains » » ! C’est sous ce générique que se tient du 6 au 18 janvier le salon du livre à Batna. Plusieurs maisons d’édition ainsi que des professionnels de la chaîne du livre dans le pays sont attendus à cet évènement auquel prennent part également des associatifs, ainsi que des «collectifs » sans compter des «clubs » versés dans l’activité livresque et culturelle d’une manière générale.

Une somme d’activités aussi diverses que leurs initiateurs et initiatrices sont donc au programme. Toutes programmées au 4e étage de l’espace commercial de la ville, le Festival City. Une particularité doit être signalée cette année : les espaces accordés aux associations, collectifs et différents clubs sont attribués à titre gracieux.
Le slogan retenu par les organisateurs est que derrière chaque livre une idée et que derrière chaque idée il y a un pas en avant, un mot de ralliement savamment choisi par les organisateurs de cette manifestation, une première du genre dans la capitale des Aurès.
Au programme, il y aura des rencontres et conférences débats avec des auteurs et des universitaires, des ventes dédicaces ainsi que des conférences autour de la culture en Algérie, à Batna et sa région plus spécifiquement. Les invités d’honneur des organisateurs du salon sont les membres de collectif de jeunes qui ont eu l’idée d’une bibliothèque de rue.
Ce projet, qui n’était qu’un rêve qui passe au stade de la concrétisation, est d’ailleurs l’une des attractions du salon, une manifestation qui a connu, hier à son ouverture, un véritable rush.
Un public nombreux était présent, il est venu de Batna mais également des communes et des villages limitrophes, une journée avant la reprise des études après les vacances d’hiver.
Seule fausse note, et qui n’est pas de la faute des organisateurs, dirait-on, les maisons d’édition d’envergure nationale sont absentes au rendez-vous de Batna, provoquant la déception générale et des responsables de l’évènement. Dommage.