Hier, samedi, les autorités grecques ont entamé samedi une opération inédite d’évacuation de quelque 70 000 habitants de Thessalonique en vue de la neutralisation aujourd’hui dimanche d’une bombe de la 2e Guerre mondiale récemment découverte.

Les premiers évacués hier devaient être quelque 320 personnes handicapées ou alitées, au transport desquelles 20 ambulances ont été affectées, a précisé la préfecture régionale de Macédoine. L’opération doit culminer ce matin, avec l’évacuation totale, prévue avant 08h00 GMT de tous les résidents de la zone entourant, dans un rayon de 1,9 km, le site où la bombe a été découverte la semaine dernière. Le départ de tous est «obligatoire», pour «des raisons préventives de sécurité» a souligné le préfet de région, Apostolos Tzitzikostas, dans un point de presse vendredi dernier. L’opération sera inédite en Grèce, «où jamais une bombe d’une telle puissance n’a été retrouvée dans une zone aussi densément peuplée», a-t-il relevé. Découvert enfoui lors de travaux près d’une station-service, l’engin contient près de 250 kg d’explosif, selon le porte-parole local de l’état-major grec, le colonel Nikos Phanios, cité par les agences de presse. Si la préfecture a indiqué que l’opération pourrait durer jusqu’à huit heures, l’officier s’est montré plus réservé sur la durée. «Nous ne savons pas ce que nous allons trouver», le désamorçage puis le transfert de l’engin dans un champ de tir militaire proche «pourrait nous prendre jusqu’à deux jours», a-t-il déclaré à l’AFP.