Le projet de réalisation d’une polyclinique dans la commune Dahllakser, tant attendu par la population, a été enfin débloqué. Le projet, estimé à 110 millions de dinars, a été gelé dans le cadre des mesures d’austérité bien que la réalisation de ce centre de soins ait été fortement demandée par les habitants.

Cette revendication a été enfin prise en charge par le ministère de la Santé qui a instruit les autorités concernées d’entamer les procédures et de lancer les travaux. Privés de structures de soins, les patients de la commune Dahllakser sont obligés de parcourir de longues distances pour aller se soigner. « Le centre de santé le plus proche est situé à une vingtaine de kilomètres de chez nous, dans la commune de Bechloul », précise un habitant. Les villageois ont déploré également le manque de moyens de transport pouvant acheminer les malades de nuit. Ils ont réclamé la dotation de la polyclinique d’une ambulance. La structure doit être, disent-ils, dotée de toutes les commodités indispensables. Il faut noter que plusieurs opérations inscrites dans le secteur de la santé ont été gelées pour cause de mesures d’austérité imposées par l’Etat en raison de chutes vertigineuse des prix du pétrole. Les projets lancés ont enregistré un retard énorme. Il s’agit de la réalisation d’un hôpital de 120 lits dans les communes de Bordj Okhris et M’Chedallah, qui accusent un retard important. Dans sa visite effectuée en décembre de l’année passée, le ministre de la Santé, Abdelmalek Boudiaf avait rassuré que tous les projets lancés seront achevés.