Au moins six personnes ont été tuées et douze blessées samedi dans un attentat-suicide visant un groupe de soldats dans la capitale du Helmand, la province du pavot largement sous contrôle taliban, selon des responsables locaux.

Le conducteur d’une voiture piégée s’est jeté contre des militaires qui attendaient leur solde en rang devant une banque à Lashkar-Gah, la capitale provinciale, a rapporté à l’AFP le chef de la police Agha Noor Kentoz. Le porte-parole du gouverneur, Omar Zhwak, a confirmé l’attaque: «Six personnes ont été tuées et 21 blessées», a-t-il dit. Selon l’ONG italienne Emergency qui gère un hôpital sur place, au moins une femme et un enfant figurent parmi les douze blessés qui sont arrivés aux urgences. Au moins trois véhicules militaires ont été détruits par la puissance du souffle, a par ailleurs raconté un témoin de l’attaque à l’AFP, Feda Mohammad. L’opération n’a pas été revendiquée. Les insurgés talibans qui encerclent la ville depuis des mois n’ont jusqu’à présent pas été en mesure d’atteindre son centre. En revanche, ils contrôlent dix des 14 districts du Helmand qui assure 85% de la production d’opium du pays, leur principale source de revenus. C’est la province la plus meurtrière pour les soldats anglais et américains depuis l’intervention occidentale en 2001 et l’une des pires pour les soldats afghans, même si les statistiques ne détaillent pas les victimes par région. Les forces afghanes qui ont perdu du terrain face aux rebelles en 2016 ont vu le nombre des victimes dans leurs rangs bondir de 35% sur l’année, avec 6 785 tués sur les dix premiers mois de 2016, selon un rapport gouvernemental américain.