Un rapport sur l’état de l’environnement et du milieu naturel dans notre pays va être bientôt remis au Premier ministre Abdelmalek Sellal. L’objectif, a déclaré hier le ministre du secteur à Blida, est de «mettre en lumière les problèmes rencontrés par le secteur,

avec des propositions pour les régler, tout en valorisant les nombreuses politiques concrétisées, sur le terrain, en matière de protection de l’environnement». Abdelkader Ouali, qui s’exprimait à l’ouverture d’un colloque sur le «Partenariat pour l’environnement», a indiqué qu’il s’agit de mettre en adéquation un arsenal juridique parmi les plus étoffés pour la protection de l’environnement et une réalité souvent déplorable et mettant en péril un patrimoine qu’il s’agit de léguer aux générations futures.
«Il est temps de mettre en application ces lois instituées au profit de l’environnement et d’exploiter les différentes structures créées à cet effet», a préconisé le ministre, estimant que la protection de l’environnement est une «responsabilité collective» impliquant tous les organismes et entreprises publics et privés.
Abdelkader Ouali a reconnu la difficulté de l’ancrage d’une culture environnementale dans la société. Il a cependant estimé que ce n’est pas «impossible d’avoir cette culture, si tout le monde y met du sien», insistant sur le rôle du citoyen dans la réussite de cette démarche.