Le ministre de la Communication a assisté, hier, à une conférence à l’école supérieure du journalisme sur le thème de l’autorégulation des métiers du journaliste. En marge de cet évènement que son département a pris l’habitude d’organiser au bénéfice des professionnels des médias, notamment les jeunes, Hamid Grine a abordé la question des prochaines élections législatives et leur couverture par les chaînes de télés privées.

Il a laissé entendre que le travail de ces chaînes sera bientôt soumis à l’examen en coordination avec la Commission Derbal chargée de superviser et de surveiller les opérations du vote du printemps prochain. Les chaînes de droit étranger sont les premières concernées, a-t-il laissé entendre, et devront sans doute disposer d’une autorisation du Département de la communication pour assurer l’information sur la campagne électorale. « Ce ne sont pas toutes les chaînes privées qui sont autorisées à couvrir les prochaines élections.» «Nous sommes dans la légalité et on ne va pas donner des autorisations à des chaînes de droit étranger», a indiqué le ministre. Il a toutefois précisé que son département n’exclut aucun média audiovisuel soulignant également qu’après le dépôt des dossiers au niveau de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (Arav), « il y a un cahier des charges auquel ces chaînes devraient se conformer ».
Hamid Grine, qui a rappelé que seules cinq chaînes de télés privées disposent actuellement de « bureaux autorisés », a ajouté qu’« on aura, s’il y a lieu de le faire, la possibilité de discuter avec les autres chaînes » qui diffusent leurs programmes en Algérie pour qu’il n’y ait pas de problèmes de diffamation ou d’injures lors des prochaines élections».
« Il y a certaines mesures à l’égard des chaînes privées, mais je ne vais pas m’avancer plus à ce sujet », a-t-il encore dit, faisant savoir qu’il allait tenir, aujourd’hui mardi, une rencontre avec la Haute instance indépendante de surveillance des élections (Commission Derbal) au sujet de « l’expression directe à la radio et à la télévision et sur les différentes modalités de la couverture médiatique lors des prochaines législatives ».