Faisant suite aux dernières recommandations de la rencontre gouvernement-walis portées sur l’investissement, la Protection civile s’est mise également de la partie.

Depuis, hier, un séminaire national est organisé à Bouira en présence d’investisseurs et de responsables de la prévention, et ce, pour débattre de la nécessité de booster l’investissement.
L’absence de gestion du risque et le manque de conformité dans les entreprises sont des signaux d’alarme qu’il faut prendre en charge afin de gérer une catastrophe majeure. Face à cette situation, la Direction générale de la Protection civile (DGPC) a tracé un plan d’action urgent pour l’année 2017, en matière de prévention, notamment contre les risques industriels.
Ainsi, dans le cadre du plan de développement et de la modernisation du secteur, initié par le Directeur général de la Protection civile, le colonel Mustapha El Habiri, et particulièrement dans le domaine de la prévention des risques d’incendie et de panique dans les établissements recevant du public et les établissements classés, la Protection civile organise, à Bouira, depuis hier, et ce pour trois jours, des journées d’études sur le thème « Le rôle des services de prévention dans le développement local et la promotion des investissements », aux profits des chefs de service de la prévention des wilayas.
Ce séminaire s’articule essentiellement sur la sensibilisation des investisseurs et industriels et sur la nécessité de respect de l’application des règles de sécurité. En effet, selon la Protection civile, ces journées d’études entrent dans le cadre des facilitations décidées par les pouvoirs publics pour le développement et la promotion de l’investissement. Selon le communiqué de la Direction des Tuniques rouges, la rencontre, première du genre, a comme objectif en premier lieu l’harmonisation des procédures de délivrances des avis des services de la prévention de la Protection civile des wilayas et l’accompagnement des investisseurs pour l’obtention rapide des avis techniques des services de la prévention, et ce, jusqu’à la concrétisation de leurs projets tout en respectant les normes de sécurité édictées par la réglementation en vigueur.
Mais aussi, l’élaboration de méthodes de suivi de l’application des mesures de prévention pour une meilleure pérennité des installations et la décentralisation de l’examen des études et des avis techniques concernant les projets d’investissement.
Le document en question fait état aussi du lancement d’une réflexion pour la simplification des procédures de délivrance des avis de la Protection civile et ce, en prévision de l’adoption de la nouvelle loi, relative aux règles générales de prévention des risques d’incendie et de panique.