Depuis la wilaya de Guelma hier, où il poursuivait sa visite d’inspection débutée lundi dernier, le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Nouredine Bedoui, a réagi aux violences et aux émeutes qui ont éclaté principalement dans la wilaya de Béjaïa , déclarant que «s’affirmer par le recours à la violence et la fermeture des commerces est un acte d’incivisme». «S’affirmer, le plus souvent, par le recours à la violence et en imposant la fermeture des commerces est un acte d’incivisme», a précisé M. Bedoui à la presse. «L’Etat algérien puise sa force aussi dans la maturité de ses citoyens et leur compréhension de la nécessaire préservation des acquis», a-t-il ajouté. Le ministre a rappelé, lors d’un point de presse animé à la ferme pilote Abdelmadjid-Richi dans la commune de Belkheir, que «l’Etat algérien, et sur instruction du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, est le premier à se soucier du pouvoir d’achat des citoyens», réfutant l’idée «d’une remise en cause des acquis sociaux dans la loi de finances 2017». «L’Etat a consacré, au titre de la loi de Finances 2017, plus de 10 milliards de dollars au maintien du subventionnement au profit des citoyens», a affirmé M. Bedoui, ajoutant que «le gouvernement algérien, sur instructions du président de la République, ne renoncera pas à la prise en charge des besoins sociaux des citoyens, notamment en matière d’éducation, de logement et de santé». Interrogé par des journalistes sur les incidents qu’a connus lundi la wilaya de Béjaïa, le ministre a précisé que «l’Etat algérien, avec ses institutions, ses lois et sa justice, est mobilisé pour préserver les biens publics et privés». Il a ajouté que «tous ceux qui tentent de porter atteinte aux biens publics et privés trouveront face à eux les institutions de la République».