Le 31 décembre dernier, Oranais et Oranaises se sont rassemblés sur le Front-de-mer pour rallier à la fête du Nouvel An un symbole historique cher à El Bahia, le Mouloudia d’Oran, qui célébrait l’anniversaire de sa création…

Pour la circonstance, le « craquage » a eu lieu à 19h17, précisément, où tous les fans du Mouloudia devaient allumer leurs fumigènes au même moment. Un rituel habituellement réservé à l’intérieur du stade. Ce 31 décembre, la cérémonie se déroulait sur le majestueux front-de- mer bondé de jeunes et moins jeunes, familles et de nombreux hôtes de la ville émerveillés de leur participation, la première pour certains d’entre eux.
Encadrés par un service de sécurité très discret qui n’a enregistré aucun incident majeur, les Oranais ont écarté le temps d’une fin d’année, tous les soucis du quotidien ainsi que les éventuelles conséquences de la loi de finances 2017.
Ce 31 décembre 2016 et ce début de la nouvelle année 2017, étaient réservés uniquement à la convivialité et au partage. Femmes et enfants et de nombreux jeunes Oranais ont déferlé, tôt dans la soirée, vers les artères principales de la ville et tout particulièrement vers le boulevard de l’ALN, le front-de-mer. En aucun cas, il ne fallait rater le rituel des sirènes des bateaux et les feux d’artifices. A minuit, c’était un régal pour les yeux avec les éternelles chansons de fin d’année et tout particulièrement l’incontournable, «Bonne année ya Hamraoua !».

Le MCO, beaucoup plus qu’un club sportif, une histoire

Au lendemain de la Sconde guerre mondiale, cinq Algériens nationalistes se réunissent chez le coiffeur Si Ahmed, à Oran, à la place Sahara, à l’époque quartier Lamur, pour créer le Mouloudia Club d’Oran (MC Oran) qui verra le jour en janvier 1946, une date cependant contestée par beaucoup qui considèrent que le club est beaucoup plus ancien et qu’il aurait 100 ans. Ali Bentouati, Mohamed Bessoul, Boumefraâ (un des fondateurs de l’USM Oran), Omar Rouane Serrik (riche commerçant à El Hamri) et Mahmoud Sayah Miloud Bendraou (dit El Hadj Miloud Bendraou, premier président de la section cyclisme), créent le Mouloudia Club d’Oran. Le choix de « mouloudia » est inspiré par la fête du Mawlid. Le cérémonial de fondation a lieu en présence de Saïd Zamouchi, le représentant de l’influent Cheïkh Tayeb Al Mahaji et Cheikh Ben Badis de l’Association des oulémas musulmans algériens. Le Mouloudia Club d’Oran activera jusqu’en 1956 avec une interruption entre cette année et 1962 à la suite du mot d’ordre du FLN de ne plus participer aux compétitions dans le cadre de la Révolution contre la colonisation française. En 1972, le club devient le Mouloudia Chaâbia d’Oran. Puis en 1977, le ministère des Sports introduit une réforme : les clubs sont pris en charge par les grandes sociétés appartenant à l’Etat. Le Mouloudia d’Oran, pris en charge par Naftal, devient semi-professionnel et prend comme nouveau nom Mouloudia Pétroliers d’Oran. Cette année-là, plusieurs sections, handball, basket-ball et d’autres disciplines, sont nées.
En 1988, les sociétés algériennes se désistent des clubs, ainsi le Mouloudia reprend définitivement son premier nom. Vingt-quatre ans plus tard, le 27 septembre 2012, Naftal signe officiellement un accord avec la Société sportive par actions du Mouloudia Club d’Oran (SSPA MCO) pour la participation de la société pétrolière dans son capital social à hauteur de 75 %. Ce retour de la grande compagnie pétrolière entre dans la cadre de la relance du sport national comme fut le cas dans les années 1970 avec la réforme sportive d’autant plus que le club omnisports reste l’un des plus grands à l’échelle nationale.
Le club a eu dans ses effectifs, et notamment pendant les années d’or (1971/75/85/87/89/91/92), de grandes figures du football algérien et même africain, comme Lakhdar Belloumi, Abdelkader Fréha, Tedj Bensaoula, Miloud Hadfi, Tahar Cherif El Ouzzani, Reda Acimi, Karim Maroc et bien d’autres.
Si son parcours est couronné de nombreux trophées et titres nationaux, il a néanmoins échappé de justesse à la relégation par deux fois. La première en 1970 et ce, en remportant un match décisif contre le mythique club du CR Belouizdad. La saison suivante, le Mouloudia gagne avec le même effectif son premier titre de champion d’Algérie.
La seconde fois où le MC Oran échappe à la relégation, ce fut en 1983. Curieusement, la saison suivante aussi, en 1984, le Mouloudia remporte la Coupe d’Algérie avec une nouvelle vague de jeunes joueurs talentueux, tels que Mourad Meziane, Tahar Cherif El Ouazzani, Bachir Mecheri, Arezki Lebbah, sous la conduite d’Abdellah Mecheri, contre le DNC Alger.