Le ministre de l’Intérieur, Nourreddine Bedoui, était hier dans la matinée à Guelma, où il a tenu le même discours vis-à-vis des collectivités locales, les appelant à chercher de l’argent loin des caisses de l’Etat. Le rendement des collectivités locales est devenu pour le gouvernement plus qu’une urgence à cause notamment des retombées de la chute des prix du pétrole sur la situation financière du pays. En visite de travail de deux jours dans la wilaya de Guelma, le ministre de l’Intérieur a appelé les collectivités locales à chercher d’autres ressources et ne plus compter sur les caisses de l’Etat. Dans une déclaration en marge de cette visite, le ministre a indiqué qu’il y a «des hors-la-loi qui veulent accaparer des espaces publics» qui appartiennent à tous les citoyens gérés et encadrés par les collectivités locales. Accompagné de Mme Fatma Zohra Raïs, wali de Guelma, à la tête d’une importante délégation, le ministre s’est rendu au nouveau siège de la daïra d’Héliopolis, situé à 5 km du chef-lieu de wilaya. Sur les lieux, il a procédé à l’inauguration du siège et donné le coup d’entame de l’établissement des passeports biométriques. Sur la route menant vers Guelma ville, il a visité un nouvel hôtel touristique 4 étoiles Bousselba, où le propriétaire a mis en relief la carte de l’investissement touristique de son projet validé par le Calpiref. Le ministre a indiqué qu’actuellement l’Etat ne pourra pas réserver de budgets à tout investissement, mais le Trésor public peut contribuer à hauteur de 10 à 15% du montant du projet, ensuite il a insisté, sur la nécessité d’accompagner et de soutenir l’investissement privé, créateur de richesses et de postes d’emploi. Noureddine Bedoui a promis d’aider ces investisseurs financièrement en leur octroyant des prêts sans intérêt qu’ils rembourseront une fois mis sur pied et après être entrés en phase de production. La démocratie participative est un autre cheval de bataille du ministère de l’Intérieur et du gouvernement sur lequel le ministre insiste beaucoup en invitant les responsables locaux à prendre toutes les mesures pour concrétiser ce principe sur le terrain. Enfin, aujourd’hui,  3 janvier 2017, pour sa deuxième journée de travail, le ministre rencontrera en fin d’après-midi les représentants de la société civile au siège de la wilaya où il entendra leurs doléances et répondra à leurs questionnements.