Le coup d’envoi du Dakar-2017 (2-14 janvier) a été donné hier à 08h00 locales (11h00 GMT) avec le départ de la première moto pour l’unique spéciale paraguayenne du rallye, longue de 38,5 kilomètres chronométrés. Au total, les 318 véhicules (144 motos, 37 quads, 87 autos et 50 camions) et 501 concurrents en lice, selon le verdict des commissaires de course à l’issue des vérifications administratives et techniques, ont 454 kilomètres à parcourir pour rejoindre Resistencia, au nord-est de l’Argentine. C’est le vainqueur de l’an dernier en moto, l’Australien Toby Price, qui a ouvert la course. Le premier Français à s’élancer, le motard Adrien Van Beveren, devait le faire huit minutes plus tard. Après les motos et les quads, les voitures puis les camions prendront le départ. Le départ du dernier équipage est prévu à 14h37 locales (17h37 GMT). Le vainqueur sortant, le Français Stéphane Peterhansel, sera le premier à s’élancer dans la catégorie auto à 11h04 locales (14h04 GMT). Son coéquipier chez Peugeot Sébastien Loeb, nonuple champion du monde des rallyes, le suivra à 11h22 locales (14h22 GMT). L’aventurier amputé des quatre membres Philippe Croizon prendra le départ de son premier Dakar une heure plus tard. Le parcours de la 39e édition du Dakar – la 9e en Amérique du Sud –, sur quelque 8800 kilomètres, dont près de 4000 de spéciales entre Asuncion et Buenos Aires, fera la part belle à l’altiplano bolivien. Au menu, cinq étapes disputées à plus de 3500 m d’altitude, ponctuées par une journée de repos à La Paz, capitale la plus élevée du monde (3600 m), le 8 janvier. Jamais le Dakar n’aura autant roulé en haute montagne et cela s’annonce comme une redoutable épreuve, tant pour les organismes des concurrents que pour leurs  véhicules.