Dix-sept harraga ont été interceptés, hier vers 9 heures, au large de Ras El Hamra, à Annaba, par les gardes-côtes du groupement territorial après avoir arraisonné l’embarcation. Aucune résistance n’a été opposée par les occupants qui ont préféré obtempérer aux sommations des éléments de la Marine nationale.
Les 17 harraga, âgés entre 21 et 40 ans, dont 13 de Annaba, 3 de Guelma et  1 de Sétif, ont été ramenés sur la terre ferme. Après avoir subi une visite médicale, ils ont été tous présentés à la justice hier pour tentative d’émigration clandestine. Ces candidats à l’émigration clandestine ont embarqué de la grande plage de Sidi Salem et comptaient rejoindre l’île de la Sardaigne et de là prendre à nouveau la mer pour le continent européen. La date du 1er janvier avait été choisie par le passeur, car jour férié, et donc cela signifie que les patrouilles en mer seraient réduites et la surveillance des eaux territoriales serait quelque peu relâchée. Mais, selon nos informations, les gardes-côtes ont au contraire multiplié les patrouilles en mer car ils prévoyaient justement des tentatives d’émigration à l’occasion de cette journée. Rappelons que durant l’année 2016 pas moins de 1 206 harraga ont été interceptés par la Marine nationale à El Bettah (El Tarf), Chetaïbi et Sidi Salem, cela n’a pas pour autant découragé ces jeunes qui risquent leur vie en bravant les dangers de la mer à bord d’embarcations de fortune.