Le Centre national de sport et de loisir de Tikjda est doté ces dernières années de structures neuves en mesure d’assurer un bon séjour à ses hôtes.

Le CNSLT est composé de quatre hôtels d’une capacité globale de 460 lits, de quatre restaurants et de cinq cafétérias, ainsi que de deux boutiques de confiseries et de produits alimentaires traditionnels. Les quatre hôtels ont affiché complet depuis le 22 décembre dernier, et les quarte restaurants offrent une bonne variété de plats traditionnels et modernes et ce, selon la période mais aussi et surtout la demande des clients, a expliqué M. Belkacemi. «Les clients n’ont pas à se plaindre car il y a tout dans ce centre. Les services assurés sont de bonne qualité et je souhaite un agréable séjour et une bonne année à nos hôtes», a-t-il dit. Le centre de Tikjda offre, en effet, toutes les commodités nécessaires, voire même des structures de sport, dont une salle spécialisée, une salle de musculation et une autre de récupération, ainsi qu’un terrain de football et une piscine. Durant la journée, les visiteurs, notamment les jeunes et les moins jeunes, ont leur espace de loisir pour jouer au tennis de table, au billard et toute activité de détente. Pour les soirées, un programme culturel et musical a été concocté par les responsables du Centre à cette occasion. A l’occasion du réveillon, le CNSLT a préparé un riche programme culturel, dont des galas artistiques, des spectacles de clown et de magie ainsi que des soirées de projections d’éducation pédagogiques pour les enfants. Le son de la musique et les bruits des familles et de leurs enfants créent chaque soir une ambiance de joie particulière pour briser le silence et sortir le CNSLT de sa léthargie. «Nous n’avons jamais atteint ce grand nombre de visiteurs durant l’année. Et nos équipes travaillent davantage pour satisfaire tous les besoins de nos hôtes avec l’arrivée de la nouvelle année 2017», a ajouté M. Belkacemi. Selon ce dernier, bon nombre de chanteurs locaux sont à l’affiche, à l’image de Adjrad Jugurta et la jeune artiste Nouara, ainsi que le comédien dit «Parazard», plus connu dans le feuilleton «Da Meziane», transmis sur la chaîne de télévision nationale en langue amazighe et arabe.