Désormais le tribunal d’Aïn Fakroun (26 kilomètres à l’ouest du chef-lieu de wilaya) a rouvert ses portes après six ans de fermeture suite aux dommages subis lors des émeutes de janvier 2011.

L’infrastructure du tribunal localisé à la cité Rahem avait fait l’objet de dégradation et de vol de ses équipements.
Les employés du tribunal ont fait l’objet de transfert vers le nouveau tribunal du chef-lieu de wilaya où une partie fut affectée au parquet d’Aïn Fakroun pour gérer les affaires judiciaires des habitants du comptoir régional du prê-à-porter.
Néanmoins, comme la situation a perduré quant à l’exploitation d’une partie du tribunal, des représentants de la société civile et des habitants de la ville d’Aïn Fakroun ont alors fait part aux autorités locales et judiciaires quant à la nécessité de la réouverture du parquet afin d’atténuer leurs déplacements multiples et quotidiens vers le tribunal d’Oum El Bouaghi.
La réhabilitation et la réouverture du parquet d’Aïn Fakroun a nécessité, selon des sources concordantes, une enveloppe financière conséquente qui a permis aussi de le rééquiper de nouveau. La réouverture de la structure a fait l’objet d’annonce par l’instance judiciaire du parquet.
De ce fait, une campagne de sensibilisation a été entamée dans les mosquées où les imams ont lancé un appel envers les habitants quant à la nécessité d’épargner tout préjudice aux structures et établissements publics qui ne feront qu’exacerber la situation des habitants.
K.M.